Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 14:40

Il y a quinze ans, dans les bois de leur maison de campagne, les Anchor-Ferrers découvraient les dépouilles d’un jeune couple massacré.
Il leur a fallu du temps pour revenir… Et oublier.
Et voilà qu’aujourd’hui pour Oliver, Matilda et Lucia, leur fille instable, un nouveau cauchemar commence. Isolés du village et du monde, soumis aux jeux pervers de deux intrus, ils replongent dans l’horreur. Que veulent ces hommes ? Pourquoi leur famille ? Est-ce lié aux meurtres du passé ? Aucune certitude sinon celle-ci : celui qui meurt a perdu

Mo HAYDER "Viscères" Editions Pocket, 512p, 8€

Mo HAYDER "Viscères" Editions Pocket, 512p, 8€

7/10

J'ai retrouvé Mo Hayder avec plaisir dans une nouvelle histoire assez sombre mettant en scène l'inspecteur Caffery. L'intrigue est une nouvelle fois bien construite et originale.

L'auteur n'épargne rien à ses personnages qui sont malmenés par ces deux bourreaux aux intentions obscures. Ce huis clos est particulièrement éprouvant pour la famille Anchor Ferrers tant physiquement que psychologiquement.

Par ailleurs, le personnage du Marcheur se développe et Caffery arrivera en apprendre plus sur son frère disparu durant son enfance.

Toute fois, j'ai trouvé ce roman moins noir et abouti que les précédents. J'ai vu arriver le dénouement de l'histoire et j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose pour propulser le roman dans le haut du panier.

Une lecture qui reste divertissante.

 

Exemplaire reçu par service de presse

12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 14:07

Il faut une certaine dose de courage pour braquer une banque au volant d’une camionnette de boulangerie. Ou une certaine dose de bêtise. En tout cas, ça ne passe pas inaperçu. Et quand il s’agit de remettre la main sur le butin, flics et voyous se lancent dans la course. Pour Nick Valentine, ex-policier devenu détective privé, c’est l’occasion rêvée de se refaire. À chaque loi qu’il transgresse, à chaque bourbon qu’il descend, à chaque cachet d’Oxycontin qu’il avale, il s’approche un peu plus du jackpot. Ou de la noyade dans le Missouri.

Matthew McBRIDE "Frank Sinatra dans un mixeur", Editions Gallmeister, 256p, 15.5€

Matthew McBRIDE "Frank Sinatra dans un mixeur", Editions Gallmeister, 256p, 15.5€

8/10

J'avoue,  j'ai flashé sur le titre !  Sans parler du fait que j'apprécie particulièrement le design des éditions Gallmeister.
Bref, ils sont bons car je n'ai acheté ce bouquin que pour ça , sans même avoir lu la quatrième de couverture. 
Et je n'ai pas été déçue  : le titre tient ses promesses et l'ambiance de ce polar est complètement déjantée. 
Le personnage principal est un ancien flic reconverti en détective privé, alcoolo et accro à tout ce que la terre peut faire comme anti-douleur puissant : le ton est donné .
En toile de fond  : le braquage d'une banque à l'aide d'un camion de boulangerie, des malfrats pas bien futés mais violents à souhait, un club de striptease, un enquêteur amish et un paquet d'argent après lequel tout le monde court.
Attention, certaines scènes de violence pourraient heurter les plus sensibles...
Le tout saupoudré d'un humour bien grinçant et d'une écriture pas piquée des vers : une excellente surprise  
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 14:20

D'un côté il y a Harry Pitman, un jeune Californien qui découvre à la faveur de révélations de sa mère mourante et d'une analyse ADN que ses origines ne sont pas celles qu'il croyait, et qui décide d'aller jusqu'au bout pour résoudre le mystère. De l'autre, Paul Massat, un lieutenant de police se retrouvant à son corps défendant à la tête de son commissariat et confronté à la mort naturelle d'un homme dans un lieu où il n'aurait pas dû se trouver – une mort qui s'avère bien plus compliquée qu'au premier abord. Autour d'eux, il y a Agathe, une jeune peintre un peu trop altruiste qui vient d'être plaquée par son mari ; Jules, le père de Paul, un auteur de SF aimé de nombreux fans, qui transporte en son âme un lourd fardeau ; Kinga, une jolie journaliste polonaise prête à tout pour aider Harry dans sa quête ; et bien d'autres personnages encore. De Santa Barbara à Solieu, en passant pas Miami, Paris et Varsovie, l'histoire et les vies de ces personnages vont immanquablement se télescoper, ranimant les échos douloureux du passé.

 

Gilles VIDAL, "Les sentiers de la nuit" Editionsdu Jasmin, 272p, 20€

Gilles VIDAL, "Les sentiers de la nuit" Editionsdu Jasmin, 272p, 20€

4/10

Harry, Californie, a appris de sa mère mourante que son père n'était pas celui qui l'avait élevé.

La quête de son géniteur va le conduire à Paris puis en Pologne.

D'un autre côté, dans une petite ville des Vosges, le Lieutenant de Police Paul Massat vaque à ses nombreuses occupations tout comme de nombreux autres personnages.

Bien évidemment, toutes ces histoires tendent à se rejoindre, se dit-on...

Les pages filent et la fin arrivant à grande vitesse on commence à douter que chaque intrigue évoquée obtienne une réponse.

Rassurez-vous, tout vient à point que sait attendre, surtout dans les toutes dernières pages où quelques phrases viendront apaiser le léger suspens qui vous taraudait (ou pas) et répondre (succinctement) à toutes les questions que vous vous posiez.

Bien qu'ayant apprécié le côté très réaliste de tout ce qui touche à la Police (souvent romancé et mal documenté par de nombreux auteurs de polars), une écriture correcte et une lecture fluide, en fermant le livre la seule chose qui me soit venue à l'esprit a été : "Tout ça pour ça ?"

De mon point de vue, pas de grand intérêt pour cet ouvrage.

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 16:50

Dans une vallée brumeuse du nord de l’Italie, la pluie tombe sans relâche, gonflant le Pô qui menace de sortir de son lit. Alors que les habitants surveillent avec inquiétude la montée des eaux, une énorme barge libérée de ses amarres dérive vers l’aval avant de disparaître dans le brouillard. Quand elle s’échoue des heures plus tard, Tonna, son pilote aguerri,
est introuvable. Au même moment, le commissaire Soneri
est appelé à l’hôpital de Parme pour enquêter sur l’apparent suicide d’un homme. Lorsqu’il découvre qu’il s’agit du frère du batelier disparu, et que tous deux ont servi ensemble dans la milice fasciste cinquante ans plus tôt, le détective est convaincu qu’il y a un lien entre leur passé trouble et les événements présents.

Mais Soneri se heurte au silence de ceux qui gagnent leur vie le long du fleuve et n’ont pas enterré les vieilles rancœurs.
Les combats féroces entre chemises brunes et partisans à la fin de la guerre ont déchaîné des haines que le temps ne semble pas avoir apaisées, et tandis que les eaux baissent, la rivière commence à révéler ses secrets : de sombres histoires de brutalité, d’amères rivalités et de vengeance vieilles d’un demi-siècle...

Valerio Varesi "Le fleuve des brumes" Editions Agullo Noir, 321p, 21.50€

Valerio Varesi "Le fleuve des brumes" Editions Agullo Noir, 321p, 21.50€

6/10

L'intrigue est plutôt classique et le style fait penser à un polar traditionnel. En effet, le commissaire Soneri,enquête à l'ancienne. Il fume le cigare, erre dans les petites rues  ou le long des berges du Pô pour réfléchir à son affaire, s'arrête dans les troquets pour poser quelques questions pertinentes et déguster quelques spécialités locales...

L'auteur a une belle plume et donne au Pô une jolie place tout au long du roman.

Un polar intéressant mais qui a un rythme trop lent pour moi.

 

Exemplaire reçu par service de presse.

 

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 15:41

« Biographie ? Document ? Roman noir ? Un peu de tout cela dans ce court mais poignant récit consacré à Celestino Alfonso, cet « Espagnol rouge » appartenant à l’« Armée du crime » stigmatisée par la célèbre a che de même couleur. Patrick Fort a choisi de nous raconter, à la première personne, les derniers mois de l’existence tragique de ce combattant des FTP-MOI, fusillé à vingt-sept ans au Mont-Valérien. S’il a pris le pari risqué de se glisser dans la peau d’un personnage authentique, il le fait avec un grand souci de vérité historique et une recherche scrupuleuse, et, porté par la personnalité d’Alfonso et la grandeur de son combat, il brosse avec talent et émotion, mais sans pathos, le portrait d’un homme qui sut se dresser contre l’injustice et le fascisme en s’oubliant au profit du combat collectif.

Patrick FORT "Après nous", Editions Arcane 17, 124p, 14€

Patrick FORT "Après nous", Editions Arcane 17, 124p, 14€

7/10

1943. Seconde guerre mondiale. Régime de Vichy.

L'auteur raconte les derniers jours de Celestino Alfonso, résistant, communiste, terroriste ?

A la lecture, on se sait pas si l'on est dans le roman, la biographie ou le documentaire.

Je ne suis pas très au fait de ce qui concerne les héros de "L'Affiche Rouge" et ce genre d'ouvrage n'est pas ce vers quoi je tends habituellement.

Néanmoins, j'aurais appris beaucoup à travers cette lecture.

L'ouvrage est tout, sauf divertissant.

Sachez que quand vous l'ouvrirez, vous basculerez dans cette partie de l'histoire que beaucoup ont tendance à oublier.

Et vous n'en ressortirez pas indemne.

N'oublions pas ces femmes et ces hommes morts pour la France et notre liberté.

Ne répétons pas les erreurs du passé.

Le devoir de mémoire doit perdurer.

C'est ce que permet ce livre.

 

Exemplaire reçu par service de presse

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 11:28

Bénévole dans une association qui s'occupe d'enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions d'enfants (principalement des petites filles) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d'espionne sur place où elle découvre vite les ravages de la politique de l'enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village. Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle comprend que le piège est en train de se refermer sur elle...Réseaux d'adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d'organes, prostitution... oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant, remarquablement documenté, qui nous conduit au coeur d'une Chine cynique et corrompue où la vie d'une petite fille ne vaut que par ce qu'elle peut rapporter. Bénévole dans une association qui s’occupe d’enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions d’enfants (principalement des petites filles) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d’espionne sur place où elle découvre vite les ravages de la politique de l’enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village. Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle comprend que le piège est en train de se refermer sur elle… Réseaux d’adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d’organes, prostitution… oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant, remarquablement documenté, qui nous conduit au cœur d’une Chine cynique et corrompue où la vie d’une petite fille ne vaut que par ce qu’elle peut rapporter.

Julie EWA "Les petites filles" Albin Michel, 407p, 21.50€

Julie EWA "Les petites filles" Albin Michel, 407p, 21.50€

6/10

Lina, étudiante française en langue chinoise, décide de partir poursuivre ses études au pays du soleil levant.

Et bam ! La voilà engagée dans une enquête portant sur des disparations inquiétantes de petites filles, dans un village perdu dans la campagne chinoise.

 

Le sujet, en soi, est très intéressant, d'autant plus que l'ouvrage est très bien documenté et vous transporte sans problème et rapidement en Chine.

Malheureusement, le personnage principal devient vite agaçant et au fil des pages, ses exploits de moins en moins crédibles.

Pourquoi toujours tomber dans l'excès ? 

A un moment, je me serai crue dans une série américaine.

La lecture est dépaysante, agréable, l'intrigue peut tenir en haleine, mais l'ensemble aurait mérité un travail plus en finesse.

 

Exemplaire reçu par service de presse

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 11:13

Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie. Ce premier roman magistral écrit par une ex-commandant des forces de police britanniques est un thriller psychologique d’une rare intensité, aux rebondissements à couper le souffle.« Tendu, inattendu, émotionnellement obsédant » The Mirror, mai 2015.« Des débuts sensationnels » Daily Mail, avril 2015. Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles. Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie.

Claire MACKINTOSH "Te laisser partir" Edition Marabout,

Claire MACKINTOSH "Te laisser partir" Edition Marabout,

8/10

 

Un accident de la route...

Un délit de fuite...

La mort d'un petit garçon...

Et le chagrin immense de Jenna.

 

J'ai ressenti ce personnage et encore plus l'endroit où elle s'est réfugiée pour oublier tout cela.

J'étais sur les falaises et sur la plage avec elle.

J'ai été happée par son histoire.

J'ai moins accroché avec l'équipe des enquêteurs, qui à côté de Jenna, étaient bien lisses.

Toutefois, la connaissance du métier de policier par l'auteur, permet de suivre une enquête construite, documentée et surtout crédible.

Enfin, ce sur quoi je veux insister, c'est que j'ai été surprise ! Soudainement, sans m'y attendre, ça m'est tombé sur la tête (ou plutôt sous les yeux !)

L'auteur a su manier avec brio et un dosage parfait, tous les ingrédients du polar.

Ne passez surtout pas à côté !

 

Exemplaire reçu par service de presse

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 10:57

Aux confins du Grand Nord, dans un paysage de glace et de neige, une bourgade survit autour de l’activité du Terminus : hôtel, bar et bordel. Nul ne sait à qui appartiennent les lieux mais ici se réfugie la lie de l’humanité et ici s’épanouissent les plus bas instincts.

Dans ce milieu hostile, Nats fait son boulot avec application, jusqu’au jour où débarque un homme au visage familier, et avec lui, une flopée de mauvais souvenirs. Dès lors, tandis que la neige efface le moindre relief du paysage. Tandis que la beauté de Sarah chamboule son quotidien. Tandis que le vieux Tom lui raconte le temps où les loups tenaient les chiens à distance. L’esprit de vengeance tenaille Nats, impérieux, dévorant.

Stéphane JOLIBERT "Dedans se sont des loups" Editions du Masque, 288 pages, 19€

Stéphane JOLIBERT "Dedans se sont des loups" Editions du Masque, 288 pages, 19€

8/10

Quelle ambiance! Tant de noirceur dans un décor tout blanc...Un roman dur, froid, noir, très bien construit qui met en scène des personnages travaillés, rongés par la vie, dans un paysage glacial et hostile. Mais l'auteur a su nuancer ses effets, travailler son suspense efficacement quand à l'identité du patron du "Terminus", intégrer des touches d'humour grâce au pesonnage de Twigs, un peu de douceur avec les personnages féminins et un peu de chaleur avec les relations de Natsume et Sara.

Le final est abordé avec une touche positive et ne laisse pas le lecteur déprimé. Vous découvrirez que les loups ne sont pas forcément ceux que le paraissent d'abord...

Un bon roman!

 

Exemplaire reçu par service de presse

4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 15:14

Le sergent Lindsay Boxer est comblée. Une petite fille adorable, un mari attentionné, un métier qu’elle adore et des amies en or. Que rêver de plus ?
 
Lorsque le FBI lui fait parvenir la photo d’une vieille connaissance, Lindsay ne se doute pas encore du danger qui la guette – même si elle sait que, le beau visage de Mackie Morales dissimule une des tueuses les plus dangereuses que le Women’s Murder Club ait jamais croisées sur sa route.
Recrutée comme stagiaire au sein du SFPD, Morales en avait profité pour récolter des informations lui permettant de commettre en toute impunité d’horribles meurtres. Finalement démasquée, elle était parvenue à prendre la fuite et Lindsay avait cru être débarrassée d’elle à tout jamais. Mais à présent de retour, Mackie n’a plus qu’une idée en tête : se venger.

James PATTERSON "La 13ème malédiction" Editions Lattès, 300p, 22€

James PATTERSON "La 13ème malédiction" Editions Lattès, 300p, 22€

3/10

Des attentats aux burgers piégés, une tueuse rancunière et une prise d'otages sur un bateau de croisière, voici le programme de ce énième Patterson.
Les héroïnes du Women's Murder Club ont de quoi être occupées, à l'exception de Claire, la légiste, plutôt en retrait cette fois-ci.
Je me souviens avoir apprécié, il y a longtemps, la lecture des premiers opus de cette série sur ce club de filles ; mais ce souvenir faire partie d'une époque révolue.
Entre les réflexions naïves et franchement cul-cul la praline du personnage principal, Lindsay, les descriptions récurrentes et inutiles des tenues vestimentaires des protagonistes et trois intrigues trop énormes pour être crédibles et peu travaillées, cette lecture aura été pour moi, à la limite de l'insupportable.
A oublier, donc.

 

Exemplaire reçu par service de presse

4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 11:59

Quand, en septembre 1941, Bernie Gunther revient du front russe, la capitale du Reich a bien changé. Pénurie, rationnement, couvre-feu, crimes… Berlin rime avec misère et terreur. La découverte d’un cadavre sur une voie de chemin de fer puis l’agression d’une jeune femme précipitent Bernie, affecté au département des homicides de la sinistre Kripo, dans de nouvelles enquêtes criminelles. Invité par le général SS Reinhard Heydrich à le rejoindre à Prague pour démasquer un espion infiltré dans son entourage, Bernie est à peine arrivé qu’un des fidèles du Reichsprotektor de Bohême-Moravie est assassiné. Bernie doit trouver le coupable… et vite, s’il veut sauver sa peau.

Philip KERR "Pague fatale", Editions Le livre de poche, 576p, 8.10€

Philip KERR "Pague fatale", Editions Le livre de poche, 576p, 8.10€

8/10

Une nouvelle enquête de Bernie Gunther, personnage phare de KERR, commissaire à la police criminelle.
Entre Berlin et Prague, l'auteur décrit encore magistralement la vie à l'Est durant le seconde guerre mondiale, tout comme certains pans important de l'Histoire.
Bernie est une nouvelle fois appelé à quitter Berlin, pour se rendre à Prague, à la demande du Général Heydrich qui va lui confier une enquête bien spéciale : découvrir qui veut le tuer.
Il s'avère que cette enquête n'ira pas tout à fait dans la direction donnée et Bernie, à l'humour toujours aussi noir et décapant, aura fort à faire.
Outre sa haine viscérale pour le Général, il devra composer avec un troupeau de gradés nazis qu'il hait tout autant.
L'intrigue est crédible, rythmée et très intéressante.
La lecture est aisée et l'on a hâte de connaitre le fin mot de l'histoire.
Bref, un très bon policier.

 

Exemplaire reçu par service de presse