Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 11:00

Une maille à l'endroit... Une maille à l'envers... Depuis qu'il a cessé de fumer, le commissaire Léon s'adonne en cachette au tricot et confectionne des paletots ringards pour son chien Babelutte. Seulement voilà, ces temps-ci, il s'en passe de belles à Montmartre. Entre Irma, le travelo ménagère du Colibri, le curé qui pique dans les magasins et l'autre cinglé qui enterre des jeunes filles mutilées dans les cimetières, la police a du pain sur la planche. De fil en aiguille, le commissaire Léon dénoue les intrigues de cette histoire rocambolesque.

Nadine MONFILS "MAdame Edouard" Edition Pocket, 256p, 6.20€

Nadine MONFILS "MAdame Edouard" Edition Pocket, 256p, 6.20€

6/10

Nadine Monfils nous propose un roman farfelu qui met en scène le commissaire Léon, un personnage haut en couleur. Célibataire, qui vit avec sa mère, le commissaire, pour calmer ses nerfs et réfléchir à une enquête s'abandonne en secret au tricot. Assisté de son adjoint et de son chien le fidèle Babelutte, Léon rencontre des interlocuteurs tous plus particuliers les uns que les autres. L'univers déjanté de l'auteur est sympathique mais il est dommage que l'enquête en elle même ne suivent pas les règles actuelles de la police.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 16:37

1974. De retour du Vietnam, John Gaines a accepté le poste de shérif de Whytesburg, Mississippi. Une petite ville tranquille jusqu'au jour où l'on découvre, enterré sur les berges de la rivière, le cadavre d'une adolescente. La surprise est de taille : celle-ci n'est autre que Nancy Denton, une jeune fille mystérieusement disparue vingt ans plus tôt, dont le corps a été préservé par la boue. L'autopsie révèle que son cœur a disparu, remplacé par un panier contenant la dépouille d'un serpent. Traumatisé par le Vietnam, cette guerre atroce dont " seuls les morts ont vu la fin ", John doit à nouveau faire face à l'horreur. Il va ainsi repartir au combat, un combat singulier, cette fois, tant il est vrai qu'un seul corps peut être plus perturbant encore que des centaines. Un combat mené pour une adolescente assassinée et une mère de famille déchirée, un combat contre les secrets et les vérités cachées de sa petite ville tranquille. Si mener une enquête vingt ans après le crime semble une entreprise périlleuse, cela n'est rien à côté de ce qui attend John : une nouvelle traversée des neuf cercles de l'enfer.

RJ Ellory "Les neufs cercles" Le livre de poche, 696 pages, 8.60€

RJ Ellory "Les neufs cercles" Le livre de poche, 696 pages, 8.60€

5.5/10

Mitigée sur ce roman.

L'intrigue débutait très bien. J'ai été littéralement happée par cette histoire terriblement sombre digne de l'univers d'Ellory pendant la première petite moitié du roman.

Le personnage principal, le Shérif John Gaines vétéran du Vietnam, découvre le cadavre d'une jeune fille dans la vase parfaitement conservé pendant près de 20 ans. La pauvre a été mutilée, son coeur a été retiré est remplacé par un panier en osier contenant un serpent. Huuuummm c'était prometteur!! Je sentais venir le parfum du vaudou et de la Louisiane...

Pourtant, on dénombre vite quelques longueurs et le suspens s'essouffle rapidement. On a tout d'abord un coupable tout désigné, Mickael, vétéran de la seconde guerre mondiale qui était fou amoureux de la victime. L'auteur semble jouer du passé du shérif et du soldat mais ça n'apporte pas grand chose à l'intrigue au final.

La piste s'oriente ensuite sur le complice présumé de Mickael, un homme riche et influent dans la région mais c'est évident que ce serait trop simple pour que ce soit lui le vrai coupable.

Le titre fait référence à Dante et suscite chez le lecteur des attentes...qui resteront vaines. John Gaines est profondément heurté par ce crime et ceux qui vont suivre, il est envahi par ses sentiments, renvoyé à son passé de soldat et ...perd ses qualités de shériff. Le lecteur lui est confronté a de longues pages sur la guerre du Vietnam. Ellory a visiblement voulu dénoncer cette guerre mais n'a pas su l'intégrer à son intrigue policière. La mayonnaise n'a pas pris.

Au final, aucune surprise quant au dénouement du roman.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 11:06

9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d'un notaire qui lui remet, comme « héritage », une enveloppe contenant un diamant brut. Il s'agit de l'un des yeux d'une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervisé, et recherchée depuis par la « Police de l'Art ». Merlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l'apparent suicide d'un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants à la défenestration d'une femme qui, se sentant menacée, avait demandé la protection de la police. Les deux « suicidés » avaient un point commun : ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement. Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires. Une enquête sous haute tension, dans laquelle débordent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle.

Nicolas LEBEL "Sans Pitié ni remords" Editions Marabooks, 390p, 19.90€

Nicolas LEBEL "Sans Pitié ni remords" Editions Marabooks, 390p, 19.90€

9/10

Un livre à recommander pour son originalité, son intrigue implacable, son écriture, mais aussi sa violence insoutenable.

Le point de départ est l'enterrement de Jacques Morel du commissariat du XII eme, en présence de son ami le capitaine Mehrlicht. Avec l'ouverture du testament, l'intrigue prend son départ puisqu'il contient un diamant brut volé sur une statuette africaine qui a disparu du musée. Jacques était un bon vivant, passionné de sudoku, de mots fléchés. Il laisse aussi une enveloppe qui contient des grilles qu'il a réalisées et qui seront le fil conducteur vers la statuette.

La recherche est un jeu de piste en temps limité mais aussi très macabre.

La trame est serrée, les divers services impliqués, la recherche documentaire, entre autres sur les musées, précise …. Le lecteur est sollicité par le dévoilement des cryptogrammes et le questionnement de l'intrigue.

Les responsables du vol sont d'une violence implacable et leur passé, comme leur quotidien, sont présentés et vous glacent le sang.

Allez-y sans restriction !

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:02

2003, Nancy. Le commissaire Ney est confronté à l'assassinat de deux religieuses qui vont le conduire jusqu'à Madrid sur les traces d'un suspect et le mêler à la mise à jour d'une affaire sordide qui a duré de 1939 à 1986. Très rapidement, il devient évident que le mobile du meurtre est à recherché dans le passé des deux femmes assassinées au cœur même de leur mission quotidienne. De quel crime du franquisme ont-elles été complices voire actrices ? De quelles abjections se sont elles rendues coupables ? Seules ou avec la bénédiction de leur Ordre. Pour Ney et le juge de Breuil, ll va falloir exhumer une vérité que tout le monde semble vouloir garder secrète. Là où le polar croise l’Histoire dans ce qu’elle a de plus tragique

Diego ARRABAL "Jour de colère" Editions Arcane 17, 275p, 22€

Diego ARRABAL "Jour de colère" Editions Arcane 17, 275p, 22€

7/10

Diego Arrabal reprend le thème des enfants enlevés à leurs parents par le franquisme. Le sujet est traité avec toute la rigueur scientifique, les recherches sont approfondies et utilisées avec habileté. L'auteur habille l'Histoire par un cadre habituel : Nancy, le commissaire Ney et le juge Breuil .

Ainsi, un sujet brûlant et douloureux est développé sous forme de polar qui y gagne en intensité. Ce livre est à recommander !

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 20:51

Depuis toute petite, Hannah Armstrong entend des murmures. Ils sont en fait des bribes de pensées des gens se tenant près d’elle. Un jour, elle surprend le monologue intérieur de son beau-père et comprend qu’il vient d’assassiner son associé. Dès lors, sa mère, Laurel, la pousse à fuir. Elle l’envoie sous la nouvelle identité de Rebecca Dolores King sur l’île de Whitbey, où une vieille amie doit la recueillir. Mais, quand elle arrive, l’amie en question est morte et le téléphone portable de Becca, son seul lien avec sa mère, ne passe nulle part. Plus seule que jamais, Becca fait pourtant des rencontres décisives : Seth, garçon à la mauvaise réputation, Debbie, gérante d’un motel décrépi, et Derric, star de son nouveau lycée, qui la prend sous son aile. Alors que Becca pense être à l’abri, la jeune fille comprend que ses nouveaux « amis » lui cachent des choses et que cette île n’a rien de paisible

Elizabeth GEORGE "Saratoga woods" Editions Pocket, 452 pages

Elizabeth GEORGE "Saratoga woods" Editions Pocket, 452 pages

5/10

L'auteur met en place les principaux personnages dont l’héroïne Becca King, nom d'emprunt pour Hannah Amstrong qui a du fuir précipitamment sa famille. Réfugiée sur l'île de Whidbey, seule, elle doit survivre et faire sa place dans la communauté d'adolescents.

Si les différents personnages sont typés et décrits avec force et réalisme, l'intrigue autour de l'accident survenu à Derric, seul élève noir de l'île, et le secret de l'identité de Becca m'ont semblé un peu alambiqués ...et...  faiblards.

Deux autres tomes sont à découvrir après cet opus.

Un thriller indédiablement destinés aux jeunes adolescents...ces lecteurs apprécieront ils?

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 20:40

Ci Song est un jeune garçon d’origine modeste qui vit dans la Chine du XIIIe siècle. Après la mort de ses parents, l’incendie de leur maison et l’arrestation de son frère, il quitte son village avec sa petite sœur malade. C’est à Lin’an, capitale de l’empire, qu’il devient fossoyeur des « champs de la mort » avant d’accéder à la prestigieuse Académie Ming. Son talent pour expliquer les causes d’un décès le rend célèbre. Lorsque l'écho de ses exploits parvient aux oreilles de l'empereur, celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d'assassinats. S'il réussit, il entrera au sein du Conseil des Châtiments ; s'il échoue, c'est la mort. C'est ainsi que Cí Song, le lecteur de cadavres, devient le premier médecin légiste de tous les temps. Un roman, inspiré par la vie d’un personnage réel, captivant et richement documenté où, dans la Chine exotique de l'époque médiévale, la haine côtoie l'ambition, comme l'amour, la mort

Antonio GARRIDO "Le lecteur de cadavre" Le livre de poche, 756 p, 8.60€

Antonio GARRIDO "Le lecteur de cadavre" Le livre de poche, 756 p, 8.60€

7/10

Une lecture réservée aux passionnés d'Histoire de la Chine et à ceux qui veulent la découvrir.

Ce roman est très fouillé : vous remonterez dans la Chine du XIII ème siècle sans problème. Tout est évoqué  avec minutie : architecture urbaine, campagne, costumes, traditions, sans oublier les ambiances, les odeurs. C'est un véritable bain, une immersion !

Le héros Ci Song, respectueux des traditions, attaché à sa famille, jeune garçon qui ambitionne de devenir un fonctionnaire zélé, a la fâcheuse tendance de reproduire les mêmes erreurs, ce que j'ai trouvé un peu lourd...

Il arrivera jusqu'à la cour de l'empereur par sa connaissance des lois et des causes de la mort.

  « Le lecteur de cadavres » est donc le premier médecin légiste. De nombreux passages peuvent être un peu « rudes » à la lecture.

Ci Song est aussi doté de capacités physiques assez surprenantes que je vous laisse découvrir.

 

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 21:53

Retraite ou pas retraite ? L’inspecteur Harry Bosch s’interroge encore quand on le charge de deux dossiers… Le premier – le viol suivi du meurtre d’une jeune fille – remonte à 1989 et les tests ADN viennent de désigner le coupable : Clayton Pell… 8 ans au moment des faits ! Peu crédible, donc. Dans le même temps, Bosch est appelé sur une scène de crime au Château Marmont, le célèbre hôtel de Los Angeles, où un homme est tombé du septième étage. Suicide, crime ou accident ? Le père de la victime, un conseiller municipal très puissant à L.A., veut en avoir le coeur net et exige assez curieusement que l’enquête soit confiée à Bosch, son vieil ennemi de toujours. Politiciens corrompus, prédateurs sexuels… Harry Bosch a fort à faire, et surtout pas le temps de s’apitoyer sur lui-même

Michael CONNELLY "Ceux qui tombent" Edition Le Livre de poche, 8.10€

Michael CONNELLY "Ceux qui tombent" Edition Le Livre de poche, 8.10€

6/10

Sur Polars etc, on connaît les aventures de Bosch en long, en large et en travers. J'ai lu quasi tous les romans le concernant, tous ont été chroniqués, et une page est entièrement dédiée à Connelly. L' opus "Les 5 dragons" a été une telle déception, que je me demandais même si je relirais un Connelly un jour. J'ai pensé qu'il avait sombré comme de nombreux auteurs (tels que Coben ou Cornwell) dans la facilité du marketing, et aux sénarios grandiloquents sans saveurs...

Dans "Ceux qui tombent", Harry poursuit une double enquête: celle d'un meurtre vieux de 20 ans dont le suspect principal était un enfant au moment des faits...(premier problème...) et celle concernant la mort suspecte du fils de Irving Irving, ancien chef de la police aujourd'hui conseiller municipal de la ville.

J'ai apprécié de retrouver Bosch, son caractère et son univers quelque peu chamboulé par la présence de sa fille Maddie, adolescente maligne dont il a à présent la charge. On apprend que cette dernière désire entrer dans la police comme son paternel, et qu'elle s'intéresse aux affaires qu'il traite. Alors que le policier a des doutes sur la poursuite de sa carrière, qu'il redoute (à raison) d'avoir moins de flair, et qu'il s'interroge sur sa volonté de prendre sa retraite, il s'agit pour l'auteur, d'une façon, pas si habile que ça, de trouver en Maddie, un successeur à un Bosch vieillissant...

La double enquête est efficace mais se déroule sans surprise. Bosch est un peu dans la surenchère encore une fois.

Reconciliée avec Connelly mais pas convaincue à 100%.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 18:14

Novembre 1975, le Caudillo meurt de sa belle mort. Dans son lit, en toute impunité !
Janvier 2015, l’idée jaillit de célébrer l’anniversaire de Franco de porc, pour les 40 ans de sa mort.
40 ans... Si le temps a passé, la détestation est intacte, inscrite au plus profond de notre ADN. Et l’envie d’écrire est immédiate. Franco, les garrots, les fachos, les bigots, les toubibs, les courtisans, les cocos, les anars, les Basques : vingt auteur(e)s entament ici la grande parade des règlements de compte. Ces snipers de la plume visent juste, et sur tous les tons : drôle, cocasse, grave, ironique, coléreux. À l’arrivée, on se dit que l’affaire n’est pas soldée. D’autant que l’Ogre a fait des petits, beaucoup de petits.….

Collectif "Franco la muerte" Editions Arcane 17, 280p, 21€

Collectif "Franco la muerte" Editions Arcane 17, 280p, 21€

6/10

A l'occasion de l'anniversaire de la mort de Franco, un collectif d'auteur nous propose plusieurs nouvelles autour du régime de Franco. Plusieurs intrigues sont intéressantes et plutôt bien menées, d'autres m'ont moins enthousiasmée. Je reconnais l'originalité de la démarche et de la thématique car je connais peu cette période de l'histoire (peu traitée dans le milieu du polar! )

Une découverte plutôt agréable.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 18:00

Berlin, 1946. Tout est rare. La vérite aussi. La guerre est finie, mais Berlin n'est plus qu'un champ de ruines désolé. La pénurie est générale, les Berlinois manquent de tout : nourriture, vêtements, tabac... Les Allemands tentent de subsister par tous les moyens, à l'image de Kasper Meier qui subvient a ses besoins et ceux de son pere age en trafiquant au marche noir. Pour peu que ses clients soient prets a y mettre le prix, il peut trouver tout ce qu'on lui demande. Y compris des personnes « disparues ». Lorsque Kasper voit arriver chez lui Eva, qui cherche à retrouver un pilote britannique, il refuse de s'immiscer dans les affaires militaires, malgré la sympathie qu'il ne peut s'empecher d'eprouver pour la jeune femme. Mais Eva s'y est préparée : Kasper a des secrets, elle les connait et elle est prête à s'en servir pour obtenir ce qu'elle veut. Entraine au coeur d'un univers de complot dont il n'aurait jamais soupconne l'existence, constamment surveille, Kasper sillonne pour se recherche les rues de la ville encore ébranlée par les horreurs de la guerre et de la défaite.

Ben FERGUSSON, Le printemps de Kasper Meier, Editions Marabout

Ben FERGUSSON, Le printemps de Kasper Meier, Editions Marabout

7/10

Nous sommes dans le Berlin de l'après seconde guerre mondiale. Kasper Meier survit grâce à son petit réseau de troc. Il vit avec son père, un vieil homme qui arrive au bout du rouleau et auquel Kasper est très attaché. Eva, une jeune femme mystérieuse, prend attache avec Meier et lui demande de lui trouver des informations. Kasper ne souhaite pas marcher dans ce genre d'affaire mais la jeune femme semble très bien renseignée et menace de révéler son homosexualité. Craignant pour sa vie et celle de son père, Meier est contraint d'accepter le marché. Il est donc chargé de trouver des informations concernant un soldat anglais.

Kasper met en branle tous ses contacts pour obtenir des renseignements. Une double enquête pour l'allemand qui va tenter aussi de comprendre les motivations d'Eva et de découvrir pour qui elle travaille.

Un roman bien écrit à l'intrigue prenante.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 18:01

Parfois, Mickey aimerait bien être un lycéen comme les autres. Être accepté par les membres de son équipe de basket, traîner avec ses amis, sortir avec la belle Rachel... Mais Mickey est un Bolitar, et avec le nom, vont les responsabilités.
Celle d'élucider une série de disparitions qui ébranlent son lycée. Celle d'aider ce Jared que son amie Ema n'a jamais rencontré, mais dont elle se sent déjà si proche sur la Toile, et qui s'est volatilisé. Celle, enfin, de percer le mystère autour de la mort de son père.
Oui, Mickey est bien un Bolitar et, comme son oncle Myron, il va devoir apprendre le prix de la vérité.

Harlan COBEN "A toute épreuve" Editions Pocket, 348p, 7.30€

Harlan COBEN "A toute épreuve" Editions Pocket, 348p, 7.30€

3/10

La quatrième de couverture annonce comme personnage principal, Mickey Bolitar, des disparitions et un mystère autour de la mort de son père.

Je me plonge sans tarder dans la lecture....et... Que de déceptions ! Personnellement, je trouve cette histoire à peine digne d'un lectorat « jeunes adolescents » : platitude de l'écriture, intrigue évanescente, les rebondissements et la fin sont improbables.

Où est passé le Coben des débuts?

A oublier...

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0