Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 19:25

La Norvège tout entière est sous le choc : un promeneur a découvert dans la forêt une petite fille assassinée, pendue à un arbre avec une corde à sauter et portant autour du cou une pochette où figure la mention : Je voyage seule.
Chargée de l’affaire, le commissaire Holger Munch décide de s’assurer l’aide de son ancienne collègue, Mia Krüger, douée d’une intuition imparable. Il part la chercher sur l’île de Hitra où elle vit recluse. Ce qu’il ignore au sujet de Mia c’est qu’elle s’y est retranchée pour se suicider. Or, quand elle regarde les photos de la fillette, elle remarque un détail qui avait jusque-là échappé à tout le monde et comprend qu’il y aura d’autres victimes…

Samuel Bjork "Je voyage seule" Editions Lattès, 512p, 20€

Samuel Bjork "Je voyage seule" Editions Lattès, 512p, 20€

4/10

Pas emballé par ce roman. Il y a trop d'insistance sur l'état suicidaire de Mia, ce qui plombe le roman et n'y apporte pas grand chose. L'auteur se perd un peu trop dans la psychologie de ses personnages pour moi.

L'enquête en elle même s'éparpille et les policiers sont tous trop impliqués à différents niveaux. Je n'ai pas trouvé le tout très crédible ni cohérent.

Pas un livre à retenir

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 12:41

Le premier appel est de son père. Inquiétant. Sa mère va mal. Elle porte des accusations délirantes. Il a dû la faire interner. Et Daniel, qui imaginait ses parents profiter de leur retraite dans une charmante ferme suédoise, voit son monde basculer.

Puis un appel de sa mère. Non, elle n’est pas folle. Son père lui ment. Il a voulu la faire enfermer, mais les médecins l’ont laissée sortir. Elle a les preuves de ce qu’elle avance.

Il doit la croire, elle.

Deux histoires. Deux vérités. Qui croire ? Jusqu’où Daniel sera-t-il prêt à aller pour lever le voile ? Au risque de découvrir des secrets plus terribles encore...

 

Tom Rob SMITH "La ferme" Edition Pocket, 378p, 7.30€

Tom Rob SMITH "La ferme" Edition Pocket, 378p, 7.30€

6/10

Un roman qui nous fait nous interroger sur la famille: connaissons nous vraiment nos proches? Toute la première partie du roman nous maintient alerte car le lecteur souhaite connaitre toutes les versions pour se faire sa propre idée.

Le personnage principal va être tiraillé entre son père et sa mère et va devoir se faire sa propre opinion à l'écoute du récit de cette dernière..

J'ai trouvé la révélation du passé de sa mère un peu énorme mais le tout est assez bien tourné pour un final cohérent.

Un petit thriller qui se lit rapidement et qui change de l'ordinaire.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:53

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s'implante comme un virus dans cette ville laissée à l'abandon, qui n'attend qu'un gramme de poudre pour exploser. Une ville ou chacun a dû s'adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d'inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l'État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer...

Olivier NOREK "Territoires" Editions Pocket, 375p, 7.30€

Olivier NOREK "Territoires" Editions Pocket, 375p, 7.30€

7.5/10

Descente dans l'univers des trafiquants de drogue dans le 93. Le capitaine Coste du SRPJ 93  est face a une enquête délicate où il va devoir faire preuve de doigté. En effet, il va devoir jongler entre les subtilités entre services policiers compétents et la mairie de Malceny.

Une guerre sans pitié pour le pouvoir dans la cité va faire rage à Malceny, et le lecteur découvre que le plus grand méchant n'est pas celui que l'on pourrait croire.

Trafic de drogue, manipulation, corruption, pouvoir...on ne s'ennuie pas dans ce roman, très bien construit et à l'ecriture fluide.

L'auteur nous offre donc une enquête finement élaborée, très prenante.

Un agréable moment de lecture

 

La chroniqueuse Lili avait apprécié le premier roman de l'auteur "Code 93" aussi chez Pocket, vous pouvez la retrouver ici ---> http://polars.etc.over-blog.com/2015/01/olivier-norek-code-93.html

Olivier Norek semble donc être un auteur à suivre.

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:33

« Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu'ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n'en est qu'à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l'horreur...

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

6/10

Londres fait face à une série de crimes similaires : un rituel religieux et des cadavres dépourvus de leurs organes. Le problème? Tous les auteurs ont été arrêtés et sont des proches des victimes. Despérés d'avoir commis un tel crime, ils ne comprennent pas leurs actes.

Un flic de Scotland Yard doit faire équipe avec une criminologue américaine pour retrouver le personnage qui a pu concevoir un tel scénario. Voilà qui était prometteur.

Les personnages ont du corps même s'ils sont classiques à l'exception de Nils, ancien avocat, récemment greffé du coeur.

L'idée pricipale était bonne mais l'auteur à manquer d'intensité et de profondeur. Quelques raccourcis et un petit manque de réalisme sont aussi à déplorer.

Un bon divertissement malgré tout

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:12

À Helsinki, la pluie est si violente que la plupart des habitants ont fui la ville.

Tapani Lethinen, lui, est resté : il attend sa femme, Joanna, journaliste d’investigation. Partie enquêter sur une affaire dont elle n’a rien voulu dire, elle n’est toujours pas rentrée.

En fouillant dans son ordinateur, il découvre que sa disparition pourrait avoir un lien avec « le Guérisseur », un serial killer qui sévit en ville, et qu’il ne s’agissait peut-être pas pour Joanna d’une simple enquête...

Tandis que la pluie ne cesse de tomber, Tapani va devoir plonger dans l’intimité de celle qu’il aime, quitte à déterrer quelques secrets de son passé.

Antti TUOMAINEN " La dernière pluie", Editions Pocket, 256p, 5.80€

Antti TUOMAINEN " La dernière pluie", Editions Pocket, 256p, 5.80€

5.5/10

Dans un monde ravagé par le changement climatique,Tapani Lethinen et sa femme ont choisi de rester à Helsinki malgré la fuite des habitants vers le nord, l'arrivée de migrants, et la pluie qui ne cesse pas.

Alors que sa femme, journaliste qui traque un tueur en série, disparait subitement, Tapani se met à sa recherche. Prêt à tout pour retrouver son grand amour, il va mettre sa vie en danger.

Il va devoir fouiller dans les recherches de Joanna mais aussi dans son passé.

L'idée était intéressante mais je suis restée sur ma faim. L'ambiance construite était plutot originale et réussie, mais j'ai fini par me lasser du style utilisé par l'auteur alors que le roman ne fait que 250 pages. Les déambulations de Tapani dans les rues imprononçables d'Helsinki m'ont parues longues et sans grand réalisme.

Les retours dans ses souvenirs avec Johanna n'apportent rien mise à part montrer leur attachement réciproque et leur vision de la vie.

Alors qu'il avait instauré un scénario intéressant, la fin de l'enquête tombe dans le classique, le prévisible et le soufflé retombe.

Dommage.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 09:52

La nuit des coquelicots démarre sur les chapeaux de roue... Après une grosse fête, trois amies rentrent en voiture. Un moment de distraction, et elles renversent une petite fille qui traversait la route, un bouquet de coquelicots à la main. Panique à bord ! La vie de ces trois femmes va basculer. Heureusement, entre deux mailles de tricot, Léon va dénouer les fils de cette diabolique histoire de vengeance...

Nadine MONFILS "La nuit des coquelicots - Les enquêtes du commissaire Léon Tome 2" Editions Pocket, 220p

Nadine MONFILS "La nuit des coquelicots - Les enquêtes du commissaire Léon Tome 2" Editions Pocket, 220p

6/10

Suite de "Madame Edouard", on retrouve les personnages du premier tome des enquêtes du commisaire Léon avec un certain plaisir. Même si policièrement parlant, on est a côté de la plaque, il faut reconnaitre à Nadine Monfils qu'elle sait mettre un peu de fraîcheur dans son intrigue avec ses individus loufouques qui peuplent Montmartre. Et que l''enquête en elle même est intéressante et le dénouement plutot bien conduit.

Cependant, même si elles collent à l'état d'esprit des personnges, j'ai trouvé qu'il y avait trop de scènes entre guillemets érotiques.

Un petit roman à lire pour sourire un peu.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 11:00

Une maille à l'endroit... Une maille à l'envers... Depuis qu'il a cessé de fumer, le commissaire Léon s'adonne en cachette au tricot et confectionne des paletots ringards pour son chien Babelutte. Seulement voilà, ces temps-ci, il s'en passe de belles à Montmartre. Entre Irma, le travelo ménagère du Colibri, le curé qui pique dans les magasins et l'autre cinglé qui enterre des jeunes filles mutilées dans les cimetières, la police a du pain sur la planche. De fil en aiguille, le commissaire Léon dénoue les intrigues de cette histoire rocambolesque.

Nadine MONFILS "MAdame Edouard" Edition Pocket, 256p, 6.20€

Nadine MONFILS "MAdame Edouard" Edition Pocket, 256p, 6.20€

6/10

Nadine Monfils nous propose un roman farfelu qui met en scène le commissaire Léon, un personnage haut en couleur. Célibataire, qui vit avec sa mère, le commissaire, pour calmer ses nerfs et réfléchir à une enquête s'abandonne en secret au tricot. Assisté de son adjoint et de son chien le fidèle Babelutte, Léon rencontre des interlocuteurs tous plus particuliers les uns que les autres. L'univers déjanté de l'auteur est sympathique mais il est dommage que l'enquête en elle même ne suivent pas les règles actuelles de la police.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 16:37

1974. De retour du Vietnam, John Gaines a accepté le poste de shérif de Whytesburg, Mississippi. Une petite ville tranquille jusqu'au jour où l'on découvre, enterré sur les berges de la rivière, le cadavre d'une adolescente. La surprise est de taille : celle-ci n'est autre que Nancy Denton, une jeune fille mystérieusement disparue vingt ans plus tôt, dont le corps a été préservé par la boue. L'autopsie révèle que son cœur a disparu, remplacé par un panier contenant la dépouille d'un serpent. Traumatisé par le Vietnam, cette guerre atroce dont " seuls les morts ont vu la fin ", John doit à nouveau faire face à l'horreur. Il va ainsi repartir au combat, un combat singulier, cette fois, tant il est vrai qu'un seul corps peut être plus perturbant encore que des centaines. Un combat mené pour une adolescente assassinée et une mère de famille déchirée, un combat contre les secrets et les vérités cachées de sa petite ville tranquille. Si mener une enquête vingt ans après le crime semble une entreprise périlleuse, cela n'est rien à côté de ce qui attend John : une nouvelle traversée des neuf cercles de l'enfer.

RJ Ellory "Les neufs cercles" Le livre de poche, 696 pages, 8.60€

RJ Ellory "Les neufs cercles" Le livre de poche, 696 pages, 8.60€

5.5/10

Mitigée sur ce roman.

L'intrigue débutait très bien. J'ai été littéralement happée par cette histoire terriblement sombre digne de l'univers d'Ellory pendant la première petite moitié du roman.

Le personnage principal, le Shérif John Gaines vétéran du Vietnam, découvre le cadavre d'une jeune fille dans la vase parfaitement conservé pendant près de 20 ans. La pauvre a été mutilée, son coeur a été retiré est remplacé par un panier en osier contenant un serpent. Huuuummm c'était prometteur!! Je sentais venir le parfum du vaudou et de la Louisiane...

Pourtant, on dénombre vite quelques longueurs et le suspens s'essouffle rapidement. On a tout d'abord un coupable tout désigné, Mickael, vétéran de la seconde guerre mondiale qui était fou amoureux de la victime. L'auteur semble jouer du passé du shérif et du soldat mais ça n'apporte pas grand chose à l'intrigue au final.

La piste s'oriente ensuite sur le complice présumé de Mickael, un homme riche et influent dans la région mais c'est évident que ce serait trop simple pour que ce soit lui le vrai coupable.

Le titre fait référence à Dante et suscite chez le lecteur des attentes...qui resteront vaines. John Gaines est profondément heurté par ce crime et ceux qui vont suivre, il est envahi par ses sentiments, renvoyé à son passé de soldat et ...perd ses qualités de shériff. Le lecteur lui est confronté a de longues pages sur la guerre du Vietnam. Ellory a visiblement voulu dénoncer cette guerre mais n'a pas su l'intégrer à son intrigue policière. La mayonnaise n'a pas pris.

Au final, aucune surprise quant au dénouement du roman.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 11:06

9 novembre, cimetière du Montparnasse. Le capitaine Mehrlicht assiste, en compagnie de son équipe, aux obsèques de son meilleur ami, Jacques Morel. Quelques heures plus tard, il se retrouve dans le bureau d'un notaire qui lui remet, comme « héritage », une enveloppe contenant un diamant brut. Il s'agit de l'un des yeux d'une statue africaine, le Gardien des Esprits, dérobée dix ans auparavant lors du déménagement du Musée des arts africains et océaniens, que Jacques avait supervisé, et recherchée depuis par la « Police de l'Art ». Merlicht prend un congé et son équipe se retrouve sous le commandement du capitaine Cuvier, un type imbuvable aux multiples casseroles, quand les inspecteurs Latour et Dossantos sont appelés sur la scène de l'apparent suicide d'un retraité. Quelques heures plus tard, ils assistent impuissants à la défenestration d'une femme qui, se sentant menacée, avait demandé la protection de la police. Les deux « suicidés » avaient un point commun : ils travaillaient ensemble au MAOO lors de son déménagement. Ces événements marquent le début de 48 heures de folie qui vont entraîner Mehrlicht et son équipe dans une course contre la montre, sur la piste de meurtriers dont la cruauté et la détermination trouvent leur origine dans leur passé de légionnaires. Une enquête sous haute tension, dans laquelle débordent la fureur et les échos des conflits qui bouleversent le monde en ce début de XXIe siècle.

Nicolas LEBEL "Sans Pitié ni remords" Editions Marabooks, 390p, 19.90€

Nicolas LEBEL "Sans Pitié ni remords" Editions Marabooks, 390p, 19.90€

9/10

Un livre à recommander pour son originalité, son intrigue implacable, son écriture, mais aussi sa violence insoutenable.

Le point de départ est l'enterrement de Jacques Morel du commissariat du XII eme, en présence de son ami le capitaine Mehrlicht. Avec l'ouverture du testament, l'intrigue prend son départ puisqu'il contient un diamant brut volé sur une statuette africaine qui a disparu du musée. Jacques était un bon vivant, passionné de sudoku, de mots fléchés. Il laisse aussi une enveloppe qui contient des grilles qu'il a réalisées et qui seront le fil conducteur vers la statuette.

La recherche est un jeu de piste en temps limité mais aussi très macabre.

La trame est serrée, les divers services impliqués, la recherche documentaire, entre autres sur les musées, précise …. Le lecteur est sollicité par le dévoilement des cryptogrammes et le questionnement de l'intrigue.

Les responsables du vol sont d'une violence implacable et leur passé, comme leur quotidien, sont présentés et vous glacent le sang.

Allez-y sans restriction !

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:02

2003, Nancy. Le commissaire Ney est confronté à l'assassinat de deux religieuses qui vont le conduire jusqu'à Madrid sur les traces d'un suspect et le mêler à la mise à jour d'une affaire sordide qui a duré de 1939 à 1986. Très rapidement, il devient évident que le mobile du meurtre est à recherché dans le passé des deux femmes assassinées au cœur même de leur mission quotidienne. De quel crime du franquisme ont-elles été complices voire actrices ? De quelles abjections se sont elles rendues coupables ? Seules ou avec la bénédiction de leur Ordre. Pour Ney et le juge de Breuil, ll va falloir exhumer une vérité que tout le monde semble vouloir garder secrète. Là où le polar croise l’Histoire dans ce qu’elle a de plus tragique

Diego ARRABAL "Jour de colère" Editions Arcane 17, 275p, 22€

Diego ARRABAL "Jour de colère" Editions Arcane 17, 275p, 22€

7/10

Diego Arrabal reprend le thème des enfants enlevés à leurs parents par le franquisme. Le sujet est traité avec toute la rigueur scientifique, les recherches sont approfondies et utilisées avec habileté. L'auteur habille l'Histoire par un cadre habituel : Nancy, le commissaire Ney et le juge Breuil .

Ainsi, un sujet brûlant et douloureux est développé sous forme de polar qui y gagne en intensité. Ce livre est à recommander !

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0