Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 15:13

Fred de Mai est le pseudonyme d’un policier en activité, auteur et photographe. Il a choisi l’anonymat pour des raisons de discrétions professionnelles.

Ce livre est un recueil de sentiments et ressentiments sous forme de textes mêlant poèmes, slams et témoignages.

Que ce soit en tenue ou en civil, à Paris, Lyon ou Marseille, en Police-Secours ou en BAC, il a toujours été un « Flic de rue » qui a vécu chaque mot de ce livre.
Il est l’auteur de toutes les photos publiées dans cet ouvrage.

Fred de Mai "Flic de rue" Rouge Sang Editions, 9.80€

Fred de Mai "Flic de rue" Rouge Sang Editions, 9.80€

7.5/10

J'ai trouvé l'opus un peu trop court, mais quand on aime ce qu'on lit, on en veut toujours plus!

Ce livre montre les moments difficiles comme les franches rigolades entre collègues. Des drames, en passant par les corvées, les dysfonctionnements administratifs ou la bétise de la hiérachie, l'auteur nous propose un tableau assez large de sa carrière. Des choses qui parleront à tous les policiers de France, à leurs proches et qui devraient toucher tout le monde.

Un témoignage qui nous plonge dans le quotidien d'un policier comme on en fait plus trop...un qui a la vocation...un qui est plus policier que fonctionnaire...

Un livre pour prendre conscience de la réalité du métier de policier.

 

Je retiendrai particulièrement cette phrase: " Toujours faire croire aux autres que tout est sous contrôle. S'ils savaient parfois..."

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

 

Repost 0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 12:15

1912-2012 : la Brigade Spéciale a cent ans !
Un siècle d'histoires de crimes, d'affaires, de procédures sèchement couchées sur du papier administratif, d'aveux et de doutes.
Rien de ce qui est criminel ne lui est étranger : du pauvre type désespéré au tueur le plus cynique. La Crim' se frotte aux Corses d'avant-guerre, au Gang des Tractions d'après 45, à l'OAS, au FLN, aux kidnappeurs, aux terroristes, à Guy Georges et autres tueurs en série. Ses grands noms se nomment Guillaume, Massu, Clot, Ottavioli, Martine Monteil. Leur prénom est «commissaire», leur vie «flic à la Crim'».
Pour la première fois, découvrez les archives secrètes de la Crim' : des photos, des documents inédits extraits de la collection de la PP (Préfecture de Police).

 

histoire-crim.jpg

 

Matthieu Frachon, "Histoire de la Crim': 100 ans de crimes, d'enquêtes et d'aveux", editions Jean-Claude Gawsewitch, 303 page, 35 euros

 

Matthieu Frachon parle de son livre sur France info c'est ici ---> link

 

9/10

Ce livre est un bijou ultra documenté. Des petites anecdotes, des encadrés sur des faits précis, des photos d'époque sont là pour illustrer. On redécouvre certaines infos avec  plaisir et on apprend forcément plus qu'on n'en savait au départ. Cet ouvrage est passionnant, il se dévore littéralement! Matthieu Frachon a effectué un remarquable travail de recherche et d'écriture. Des locaux du 36 en passant par Bertillon, le préfet Lepine, puis par les grands criminels du XXème siècle (La bande à Bonnot, la pègre, Petiot, Paulin et bien d'autres) l'auteur retrace les 100 ans de la crim'.

Le petit plus qui nous a pas échappé: "Polars.etc" est cité en référence bibliographique...on aime ça!! Merci...

Repost 0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 20:18

Emission C'est pas sorcier sur la police scientifque. Les sorciers mènent l'enquête...

Combinaison blanche, masque, lunettes et appareil photo prêt à fixer le moindre détail... Fred est parti sur le terrain. Du relevage du corps à l’examen minutieux de la scène du crime, nous découvrons avec lui le délicat travail des enquêteurs.

 

Sabine, elle, est dans les laboratoires de la police scientifique. A chaque découverte de Fred, elle nous révèle comment on exploite les informations collectées pour remonter doucement le fil de l’histoire.

 

 

Repost 0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 00:00

Abus de pouvoir, corruption, trafics de statistiques et aussi racisme, sexisme, homophobie au sein même de l'institution, voici la face cachée de la police, telle qu'elle n'a jamais été décrite auparavant. Ou l'histoire d'une femme flic entrée dans la grande maison par vocation et idéalisme, elle a même démissionné d'un emploi de cadre très bien rémunéré dans le privé, qui déchante progressivement. Sortie major de sa promotion, elle avait cru que la police nationale était au service du public et des citoyens, elle s'aperçoit au fur et à mesure que l'institution républicaine n'est plus la garante des valeurs qu'elle est censée défendre et promouvoir. Le récit exceptionnel du policier Sihem Souid apporte, documents à l'appui, la preuve que la police, loin d'être une institution garante des valeurs républicaines, les bafouent régulièrement. Ce sont les coulisses d'un système qui est décrit dans cet ouvrage. Le plus édifiant, c'est que ce récit dissèque le pouvoir de nuisance de la hiérarchie policière sur ses subordonnés. Cette dernière n'hésite pas à user de menaces pour arranger la vérité. Sihem Souid, 29 ans, toujours en fonction, a décidé de briser l'omerta. Elle refuse « de laver son linge sale en famille » ainsi qu'il lui a été suggérée à plusieurs reprises. Elle est allée, accompagnée de plusieurs collègues, jusqu'à saisir la justice pénale pour dénoncer ces comportements. Ces risques, elle les a pris au détriment de sa carrière mais aussi de sa vie personnelle. Chantages, pressions, menaces, sa plainte la poursuit jusque dans sa vie de citoyenne. Ce livre est bien plus qu'un témoignage sur la police.

 

 

omerta

 

 

Omerta dans la Police, ou comment faire le buzz ?

 

Après avoir découvert une couverture tape-à-l’œil et un titre ronflant qui fait baver d’excitation les charognards que sont nos médias, vous aurez droit à une prose exceptionnelle ! Le livre a pourtant été relu et corrigé, alors pourquoi retrouve t-on autant de lourdeurs, incohérences de temps et répétitions ?

 

Concernant le thème abordé, c’est vrai que, déblatérer sur l’institution qu’est la police nationale, c’est du jamais vu ! En plus des médias qui ne se lassent pas de passer ce métier à la curée, voilà donc un exemple de lucidité et de discernement sur un métier que toute la population rêve de connaitre, mais dont elle fustige ses représentants à la moindre occasion. Voilà encore un peu plus d’eau à apporter au moulin des anti-police.

 

La quatrième de couverture vous promet des sujets sulfureux à souhait : racisme, homophobie et abus de pouvoir. Sujets qui ne sont une réalité que dans la police, tout le monde le sait! Aucune entreprise privée n’a ce genre de problème, n’est-ce pas ? Bref Un flic qui balance sur des flics : du pain bénit ! Mais quid de ce flic ? Melle Souid : policier, ayant terminé major de sa promotion... d’Adjoints de Sécurité. Puis policier (sous-entendu gardien de la paix) ? Mais je ne savais pas que passer les concours d’Adjointe Administrative de la Police Nationale faisait de vous un policier… Nous aurait-on menti sur la marchandise ?

 

Donc, ce flic, qui au final n’est pas flic, qui n’a jamais travaillé sur le terrain, qui ne connait rien de la voie publique et ne fait rien du boulot de flic, travaille en fait dans un bureau et range de la paperasse. Et pétrie de valeurs républicaines et idéalistes elle se fait un plaisir de vous rabattre les oreilles ou plutôt les yeux des dysfonctionnements honteux de la Police Nationale, et tout cela preuves à l’appui, je vous prie.

 

J’ai cherché à plusieurs reprises ces preuves irréfutables, j’ai tourné et retourné les pages, cherché les annexes, mais mis à part deux numéros de timbre-amende, je n’ai rien trouvé de probant.

 

Entre les « moi je » et « je pense que », « je » et encore « je », Melle Souid se fait donc une joie de jeter l’opprobre sur l’ensemble d’une profession, créant ainsi l’amalgame à travers ses déclarations peu crédibles. Alors bien sûr, au milieu de toutes ses pages où elle vomi sa bile, elle pense à placer que tous les fonctionnaires de police ne sont pas racistes, ni homophobes ni corrompus. 2 phrases sur 266 pages. Elle sait rester politiquement correcte.

 

Du haut de ses trois ans d’ancienneté, cette étonnante jeune femme arrive à calculer que 30 pour cent des fonctionnaires de la Paf sont racistes, impliquant de fait, que 30 pour cent de la Police Nationale l’est également. J’aimerai connaitre son secret pour effectuer des calculs si savants.

 

Bref, cette demoiselle qui prône le respect et autre, se permet de généraliser et de décrédibiliser une profession qui l’est déjà trop, en se basant sur sa grande expérience et sur le microcosme bureaucratique dans lequel elle évoluait. Microcosme qui comptait quoi ? 50 personnes ? comparé aux 145 000 autres qui composent le reste de la Police, on peut dire que sa parole a du poids.

 

Heureusement que l’ouvrage a été édité en gros caractère, ce qui m’a permis de le lire assez rapidement.

 

Ma conclusion : à mettre aux toilettes… littéralement j’entends…

Repost 0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 17:29

Livre lu l'année dernière, que je conseille fortement à ceux qui ont envie d'en savoir plus sur le quotidien d'un flic.
On est touché, on est indigné, parfois même révolté. Mais c'est tellement "vrai".
C'est débordant de réalité, et très bien écrit.
Et quand on a fini le livre, on se rends sur le blog tenu à jour par l'auteur pour lire d'autre brèves de police.
Le blog d'un flic c'est là 
link 

Repost 0