Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 11:34

Tout le monde pensait que Kick Lannigan était morte.
Enlevée par des inconnus à l'âge de six ans, elle a incarné le pire cauchemar de tous les parents. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée et fait la une des journaux. Depuis, Kick n'a eu de cesse de vouloir échapper à son passé. Désormais âgée de vingt et un ans, elle sait se défendre. C'est une pro des armes à feu, elle peut crocheter des serrures, esquiver les coups, lancer des couteaux et étudie les arts martiaux, entre autres activités.
Kick n'est pas vraiment quelqu'un de sociable. Mais quand un mystérieux ex- vendeur d'armes baptisé Bishop lui demande de l’aider à retrouver deux enfants récemment kidnappés, elle accepte. Bishop a des contacts dans la police, des moyens visiblement illimités et encore plus de secrets qu'elle.

Chelsea CAIN "Pourquoi moi" Editions Lattès, 350p, 21.50€

Chelsea CAIN "Pourquoi moi" Editions Lattès, 350p, 21.50€

6/10

Un début prometteur qui met en scène Kick Lannigan, une ancienne victime de pédophile enlevée à l'age de 5 ans et retrouvée vivante des années plus tard. Kick est hantée par son passé et se lance avec Bishop dans une étrange affaire pour retrouver un enfant kidnappé avant qu'il ne soit trop tard. De fait, des souvenirs enfouis vont remontés et permettre de remonter la piste. L'auteur a eu l'intelligence de ne pas sombrer dans le glauque et les détails de la pédopornographie.

Kick a une personnalité complexe et des relations conflictuelles avec sa famille. On a terriblement envie de mettre des baffes a sa mère, qui continue de se faire du beurre sur le passé effroyable de sa fille.

On comprend son envie d'aider Bishop mais j'ai trouvé qu'on sombrait un peu dans les clichés, et le pathos a deux francs six sous notamment lorsque Kick revoit son kidnappeur qui se trouve à l'article de la mort...

L'auteur a savamment construit son intrigue et a su distiller des réponses tout en ouvrant la porte à une suite à ce roman.

Un roman psychologique qui se lit facilement et reste divertissant.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 12:01

La vie paraît sourire à Will Trent, du Georgia Bureau of Investigation. Il vient de tomber amoureux et commence à enterrer son passé trouble lorsqu'une jeune étudiante disparaît ; son chef, Amanda Wagner, la directrice-adjointe du GBI, sans aucune explication, le tient à l'écart de l'enquête. Will s'interroge, les cas de disparitions se multiplient. Que faisait Amanda dans l'orphelinat désaffecté d'Atlanta où il a grandi ? Se recueillerait-elle, elle aussi, sur un lieu de mémoire ? Il semblerait que l'affaire qui a lancé la carrière d'Amanda, quarante ans plus tôt, ait soudain refait surface. Et les deux policiers vont devoir affronter les démons d'une enfance qui les hante...

Karin SLAUGHTER "Criminel" Livre de poche, 640p, 8.30€

Karin SLAUGHTER "Criminel" Livre de poche, 640p, 8.30€

5/10

Partagée sur ce roman. J'étais enthousiaste de relire un roman de Slaughter et de redécouvrir ses personnages. L'intrigue est plutôt bien menée, elle se déroule en deux temps, une enquête actuelle et celle se menant durant la jeunesse d'Amanda. J'ai trouvé que la place des femmes dans la police dans les années 60 était bien retranscrite Ces années ont profondément marqué Amanda, son personnage a poursuivi une grande évolution.

Cependant, le personnage de Will dans cet opus est "molasson-mou" ce qui est profondément ennuyeux. Le pauvre homme est littéralement anesthésier face à cette affaire le confrontant à son père biologique, et son rôle n'a pas grand chose de convainquant dans l'histoire.. Dommage.

Par ailleurs, on voit arriver Angie sur ses grands chevaux à mille à l'heure. Pas de surprise quand au dénouement.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 11:01

Léa s’ennuie. Son existence terne ne lui apporte ni bonheur, ni désir. Mariée trop jeune, elle s’étiole dans une vie de couple médiocre. Sa seule évasion, cette fille de mafieux la trouve dans la lecture. Une vraie boulimie. Un livre en entraîne un autre. Puis survient une rencontre. C’est le déclic qui la fait basculer. Léa se transforme physiquement et moralement. Elle commence à tuer…

Anna-Véronique El Baze "La fille au 22", Editions Cherche Midi, 183p, 16€

Anna-Véronique El Baze "La fille au 22", Editions Cherche Midi, 183p, 16€

7/10

Léa fraichement divorcée, a tout passé à son mari. Elle a mené une vie triste et fade. Ses seuls intérets sont: Laura sa fille et la lecture. Maniaque de l'ordre, froide, peu démonstrative, Léa ne s'accomplit que dans son métier de chef de rayon dans une grande librairie. Quand Laura tombe dans le coma, la vie de Léa bascule. Une rencontre et Léa se transforme.en femme fatale! Elle décide de devenir forte, séductrice et de se faire respecter...Et le respect passe par l'usage de son 22, hérité de son mafieux de père. Ces messieurs n'ont qu'à bien se tenir....Elle devient par ailleurs très manipulatrice et s'amuse avec la police.

L'écriture est fluide, le roman est rythmé et efficace, les pages se lisent très vite, le lecteur a envie de connaitre le dénouement. L'auteure a très bien su appréhender son personnage et son cheminement psychologique. 

Une lecture distrayante.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:46

Caroline Cashion, professeure de littérature française l'université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d'une IRM, qu'une balle est logée à la base de son crâne. Comment est-ce possible, alors que Caroline n'a jamais essuyé aucun tir, et qu'elle n'a aucune cicatrice ? La jeune femme apprend alors qu'elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu'elle avait trois ans. Victime d'un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n'a pas pu être retirée. Une balle qui est restée dans son crâne pendant 34 ans. Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts. Elle y apprendra que l'enquête n'a jamais été bouclée, et que le tueur court toujours. Caroline est en danger : la balle logée dans son cou pourrait permettre d'identifier le meurtrier, qui fera tout pour que la police ne mette pas la main dessus. Elle devra alors faire un choix : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.

Mary Louise KELLY "Balle perdue" Editions Marabout, 374 pages, 19.90€

Mary Louise KELLY "Balle perdue" Editions Marabout, 374 pages, 19.90€

5/10

Caroline, 34 ans, dont la vie s'écoule tranquillement, découvre du jour au lendemain qu'une balle se trouve dans son crâne  !
 
Cette révélation va déclencher une cascade d'événements et la mener à se plonger dans un passé dont elle avait tout oublié.
 
Le premier intérêt de l'ouvrage est bien évidemment de découvrir comment cette balle est arrivée dans la tête de la narratrice (le récit se faisant effectivement à la première personne) : vous y serez assez vite.
 
De là, l'intrigue va se dérouler de manière plutôt dynamique : les déplacements de l'héroïne nous font voyager, ses rencontres laissent apparaître des personnages qui vont nourrir l'histoire et les faits marquants bien répartis.
 
L'ensemble est vraiment correct, cohérent, mais beaucoup trop gentillet à mon goût et manquant d'une noirceur certaine.
 
Exemplaire reçu par service de presse.
Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 18:26

Jane Hughes a un compagnon affectueux, un travail qu'elle aime dans un refuge pour animaux et vit dans un cottage au Pays de Galles. Elle est plus heureuse qu'elle n'a jamais été. Mais sa vie est un mensonge. Jane Hughes n'existe pas. Cinq ans auparavant, ce qui devait être un voyage de rêve s'est transformé pour Jane et ses amies en véritable cauchemar qui a coûté la vie à deux jeunes femmes. Jane a bien tenté de mettre le passé derrière. Mais quelqu'un connaît la vérité sur ce tragique épisode de sa vie. Quelqu'un qui a l'intention de ne pas la laisser en paix tant qu'il n'aura pas détruit la vie de Jane et tout ce qu'elle aime.

C.L TAYLOR "Le mensonge"

6/10

Une bande de copines décidé de partir faire un voyage au Népal.

Cependant les copines ne sont pas toutes sur la même longueur d'onde et deux d'entre elles vont perdre la vie.

Cinq ans plus tard on retrouve Jane, l'une des survivantes, qui, pour tenter de mettre tous ces souvenirs derrière elle en a même changé de nom.

Mais quelqu'un n'a rien oublié et va le lui faire savoir.

L'ouvrage alterne entre flash-back au Népal et l'actuelle vie de Jane.

L'ambiance au Népal est particulièrement spéciale et certains personnages totalement vicieux voire dérangés.

L'atmosphère y devient d'ailleurs vraiment pesante et c'est ici le véritable intérêt du livre.

En effet, l'intrigue au temps présent est quasi-insipide.

On notera enfin quelques longueurs mais ce thriller plutôt psychologique se laisse lire.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 14:40

Il y a quinze ans, dans les bois de leur maison de campagne, les Anchor-Ferrers découvraient les dépouilles d’un jeune couple massacré.
Il leur a fallu du temps pour revenir… Et oublier.
Et voilà qu’aujourd’hui pour Oliver, Matilda et Lucia, leur fille instable, un nouveau cauchemar commence. Isolés du village et du monde, soumis aux jeux pervers de deux intrus, ils replongent dans l’horreur. Que veulent ces hommes ? Pourquoi leur famille ? Est-ce lié aux meurtres du passé ? Aucune certitude sinon celle-ci : celui qui meurt a perdu

Mo HAYDER "Viscères" Editions Pocket, 512p, 8€

Mo HAYDER "Viscères" Editions Pocket, 512p, 8€

7/10

J'ai retrouvé Mo Hayder avec plaisir dans une nouvelle histoire assez sombre mettant en scène l'inspecteur Caffery. L'intrigue est une nouvelle fois bien construite et originale.

L'auteur n'épargne rien à ses personnages qui sont malmenés par ces deux bourreaux aux intentions obscures. Ce huis clos est particulièrement éprouvant pour la famille Anchor Ferrers tant physiquement que psychologiquement.

Par ailleurs, le personnage du Marcheur se développe et Caffery arrivera en apprendre plus sur son frère disparu durant son enfance.

Toute fois, j'ai trouvé ce roman moins noir et abouti que les précédents. J'ai vu arriver le dénouement de l'histoire et j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose pour propulser le roman dans le haut du panier.

Une lecture qui reste divertissante.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 14:07

Il faut une certaine dose de courage pour braquer une banque au volant d’une camionnette de boulangerie. Ou une certaine dose de bêtise. En tout cas, ça ne passe pas inaperçu. Et quand il s’agit de remettre la main sur le butin, flics et voyous se lancent dans la course. Pour Nick Valentine, ex-policier devenu détective privé, c’est l’occasion rêvée de se refaire. À chaque loi qu’il transgresse, à chaque bourbon qu’il descend, à chaque cachet d’Oxycontin qu’il avale, il s’approche un peu plus du jackpot. Ou de la noyade dans le Missouri.

Matthew McBRIDE "Frank Sinatra dans un mixeur", Editions Gallmeister, 256p, 15.5€

Matthew McBRIDE "Frank Sinatra dans un mixeur", Editions Gallmeister, 256p, 15.5€

8/10

J'avoue,  j'ai flashé sur le titre !  Sans parler du fait que j'apprécie particulièrement le design des éditions Gallmeister.
Bref, ils sont bons car je n'ai acheté ce bouquin que pour ça , sans même avoir lu la quatrième de couverture. 
Et je n'ai pas été déçue  : le titre tient ses promesses et l'ambiance de ce polar est complètement déjantée. 
Le personnage principal est un ancien flic reconverti en détective privé, alcoolo et accro à tout ce que la terre peut faire comme anti-douleur puissant : le ton est donné .
En toile de fond  : le braquage d'une banque à l'aide d'un camion de boulangerie, des malfrats pas bien futés mais violents à souhait, un club de striptease, un enquêteur amish et un paquet d'argent après lequel tout le monde court.
Attention, certaines scènes de violence pourraient heurter les plus sensibles...
Le tout saupoudré d'un humour bien grinçant et d'une écriture pas piquée des vers : une excellente surprise  
Repost 0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 14:20

D'un côté il y a Harry Pitman, un jeune Californien qui découvre à la faveur de révélations de sa mère mourante et d'une analyse ADN que ses origines ne sont pas celles qu'il croyait, et qui décide d'aller jusqu'au bout pour résoudre le mystère. De l'autre, Paul Massat, un lieutenant de police se retrouvant à son corps défendant à la tête de son commissariat et confronté à la mort naturelle d'un homme dans un lieu où il n'aurait pas dû se trouver – une mort qui s'avère bien plus compliquée qu'au premier abord. Autour d'eux, il y a Agathe, une jeune peintre un peu trop altruiste qui vient d'être plaquée par son mari ; Jules, le père de Paul, un auteur de SF aimé de nombreux fans, qui transporte en son âme un lourd fardeau ; Kinga, une jolie journaliste polonaise prête à tout pour aider Harry dans sa quête ; et bien d'autres personnages encore. De Santa Barbara à Solieu, en passant pas Miami, Paris et Varsovie, l'histoire et les vies de ces personnages vont immanquablement se télescoper, ranimant les échos douloureux du passé.

 

Gilles VIDAL, "Les sentiers de la nuit" Editionsdu Jasmin, 272p, 20€

Gilles VIDAL, "Les sentiers de la nuit" Editionsdu Jasmin, 272p, 20€

4/10

Harry, Californie, a appris de sa mère mourante que son père n'était pas celui qui l'avait élevé.

La quête de son géniteur va le conduire à Paris puis en Pologne.

D'un autre côté, dans une petite ville des Vosges, le Lieutenant de Police Paul Massat vaque à ses nombreuses occupations tout comme de nombreux autres personnages.

Bien évidemment, toutes ces histoires tendent à se rejoindre, se dit-on...

Les pages filent et la fin arrivant à grande vitesse on commence à douter que chaque intrigue évoquée obtienne une réponse.

Rassurez-vous, tout vient à point que sait attendre, surtout dans les toutes dernières pages où quelques phrases viendront apaiser le léger suspens qui vous taraudait (ou pas) et répondre (succinctement) à toutes les questions que vous vous posiez.

Bien qu'ayant apprécié le côté très réaliste de tout ce qui touche à la Police (souvent romancé et mal documenté par de nombreux auteurs de polars), une écriture correcte et une lecture fluide, en fermant le livre la seule chose qui me soit venue à l'esprit a été : "Tout ça pour ça ?"

De mon point de vue, pas de grand intérêt pour cet ouvrage.

Repost 0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 16:50

Dans une vallée brumeuse du nord de l’Italie, la pluie tombe sans relâche, gonflant le Pô qui menace de sortir de son lit. Alors que les habitants surveillent avec inquiétude la montée des eaux, une énorme barge libérée de ses amarres dérive vers l’aval avant de disparaître dans le brouillard. Quand elle s’échoue des heures plus tard, Tonna, son pilote aguerri,
est introuvable. Au même moment, le commissaire Soneri
est appelé à l’hôpital de Parme pour enquêter sur l’apparent suicide d’un homme. Lorsqu’il découvre qu’il s’agit du frère du batelier disparu, et que tous deux ont servi ensemble dans la milice fasciste cinquante ans plus tôt, le détective est convaincu qu’il y a un lien entre leur passé trouble et les événements présents.

Mais Soneri se heurte au silence de ceux qui gagnent leur vie le long du fleuve et n’ont pas enterré les vieilles rancœurs.
Les combats féroces entre chemises brunes et partisans à la fin de la guerre ont déchaîné des haines que le temps ne semble pas avoir apaisées, et tandis que les eaux baissent, la rivière commence à révéler ses secrets : de sombres histoires de brutalité, d’amères rivalités et de vengeance vieilles d’un demi-siècle...

Valerio Varesi "Le fleuve des brumes" Editions Agullo Noir, 321p, 21.50€

Valerio Varesi "Le fleuve des brumes" Editions Agullo Noir, 321p, 21.50€

6/10

L'intrigue est plutôt classique et le style fait penser à un polar traditionnel. En effet, le commissaire Soneri,enquête à l'ancienne. Il fume le cigare, erre dans les petites rues  ou le long des berges du Pô pour réfléchir à son affaire, s'arrête dans les troquets pour poser quelques questions pertinentes et déguster quelques spécialités locales...

L'auteur a une belle plume et donne au Pô une jolie place tout au long du roman.

Un polar intéressant mais qui a un rythme trop lent pour moi.

 

Exemplaire reçu par service de presse.

 

Repost 0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 15:41

« Biographie ? Document ? Roman noir ? Un peu de tout cela dans ce court mais poignant récit consacré à Celestino Alfonso, cet « Espagnol rouge » appartenant à l’« Armée du crime » stigmatisée par la célèbre a che de même couleur. Patrick Fort a choisi de nous raconter, à la première personne, les derniers mois de l’existence tragique de ce combattant des FTP-MOI, fusillé à vingt-sept ans au Mont-Valérien. S’il a pris le pari risqué de se glisser dans la peau d’un personnage authentique, il le fait avec un grand souci de vérité historique et une recherche scrupuleuse, et, porté par la personnalité d’Alfonso et la grandeur de son combat, il brosse avec talent et émotion, mais sans pathos, le portrait d’un homme qui sut se dresser contre l’injustice et le fascisme en s’oubliant au profit du combat collectif.

Patrick FORT "Après nous", Editions Arcane 17, 124p, 14€

Patrick FORT "Après nous", Editions Arcane 17, 124p, 14€

7/10

1943. Seconde guerre mondiale. Régime de Vichy.

L'auteur raconte les derniers jours de Celestino Alfonso, résistant, communiste, terroriste ?

A la lecture, on se sait pas si l'on est dans le roman, la biographie ou le documentaire.

Je ne suis pas très au fait de ce qui concerne les héros de "L'Affiche Rouge" et ce genre d'ouvrage n'est pas ce vers quoi je tends habituellement.

Néanmoins, j'aurais appris beaucoup à travers cette lecture.

L'ouvrage est tout, sauf divertissant.

Sachez que quand vous l'ouvrirez, vous basculerez dans cette partie de l'histoire que beaucoup ont tendance à oublier.

Et vous n'en ressortirez pas indemne.

N'oublions pas ces femmes et ces hommes morts pour la France et notre liberté.

Ne répétons pas les erreurs du passé.

Le devoir de mémoire doit perdurer.

C'est ce que permet ce livre.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0