Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 19:43

À l’étage du dessus, des bruits de pas se font entendre. Sur le mur d’en face, une simple croix. Maria ne le sait pas encore, mais cet objet va peut-être lui sauver la vie.

Après les événements du tome 1, Sujet 375, la jeune femme s’est retranchée dans sa villa de Salamanque – un havre de paix connu d’elle seule. Taraudée par le besoin d’en apprendre plus sur sa propre histoire, elle parvient à hacker un site lié au MI5. Et ce qu’elle découvre la laisse pétrifiée : il est question d’accouchement secret, de manœuvres politiques, d’expériences mal conduites… Il est question, surtout, du fait que Maria pourrait bien mourir (comme d’autres avant elle) à l’âge de 34 ans, c’est-à-dire dans quelques mois.

Terrifiée, mais plus déterminée que jamais, aussi, à découvrir la vérité, la jeune femme est contrainte de quitter sa cachette pour affronter les fantômes de son passé, aussi intimes et redoutables soient-ils…

Pour le Dr Maria Martinez, les choses ne s’arrangent pas. Quand elle rouvre les yeux, c’est pour se réveiller seule dans une cellule, prisonnière. Comment en est-elle arrivée là ? Ses jambes sont attachées, elle a un bras cassé et elle ignore absolument où elle se trouve. En Espagne ? Sous l’effet du stress, son hypersensibilité se réveille…

Nikki OWEN "Projet Callidus" Editions Super 8, 432p, 20€

Nikki OWEN "Projet Callidus" Editions Super 8, 432p, 20€

4/10

Déception. Alors que le premier tome était très prometteur, j'ai trouvé que l'intrigue était totalement irréaliste et pleine d'incohérences. Par exemple, Maria est blessée par balle à la jambe mais elle arrive à conduire des heures durant et on ne reparle jamais de sa blessure. 

On essaye de noyer le lecteur dans des pseudo rebondissements, c'est lui le méchant a non en fait c'est lui, mais non c'est elle, mais non c'est les deux....bref lassant.

Ca carnade à tout va, il y a des blessés, du ménage est fait dans les personnages, même si on en apprend un peu plus sur le Projet et le passé de Maria, le soufflé est sacrément redescendu dans cet opus que j'ai trouvé nettement moins maitrisé et vraiment abracadabrant.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

 

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 10:34

Seul, dans sa cellule, un vieux truand revient sur son long parcours de délinquant. Décidé à ne rien occulter, il dévoile tout : sa jeunesse bourgeoise, ses premières bêtises, sa véritable entrée dans le monde des truands, ses fréquentations dans le milieu, ses exploits dans le banditisme, ses échecs et ses séjours en prison qui ont ponctué sa vie de voyou.
Lucide sur un mode de vie qu’il a choisi, il en dresse un portrait saisissant de vérité. A travers son témoignage, il nous offre une plongée passionnante dans le milieu très fermé du grand banditisme ainsi que dans le monde carcéral des soixante dernières années.
Et puis, il y a sa vie actuelle de vieillard en prison, les autres détenus, les règlements tatillons, la saleté, les conflits…
Et que lui veut vraiment ce jeune visiteur de prison débarqué de nulle part qui s’invite dans sa vie ?

Emmanuel VARLE "Dernier virage avant l'enfer" Editions Presses Littéraires 446 pages, 14€

Emmanuel VARLE "Dernier virage avant l'enfer" Editions Presses Littéraires 446 pages, 14€

6.5/10

Une idée originale puisque l'auteur a choisi de faire le récit d'un vieux taulard qui doit finir ses jours en prison. Ne vous attendez pas à un récit chronologique, le personnage principal raconte sa vie dans un ordre totalement décousu, de sa jeunesse à son dernier casse, en passant par ses aventures amoureuses, et ses divers séjours en prison (qui auront été nombreux). Ce choix permet de donner un certain rythme au roman et de tenir le lecteur qui désire en savoir plus sur sa vie de truand.

Roland a une personnalité hors norme et assume tout ses actes et ses opinions. Ce personnage est très travaillé. L'univers créé par l'auteur est assez réaliste et bien documenté.

Les visites de Timothée sont assez intrigantes et entretiennent un bon suspense également.

J'ai juste été agacée par la manie de Roland, de digresser constamment. Même s'il s'agit d'un trait du personnage, j'ai trouvé que cela alourdissait le texte et favorisait quelques longueurs..

Une lecture qui change de l'ordinaire.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 10:23

Au nord de la Suède, à la fonte des glaces, le cadavre d'une jeune fille remonte à la surface du lac de Vittangijärvi. Est-ce son fantôme qui trouble les nuits de la procureure Rebecka Martinsson ? Alors que l'enquête réveille d'anciennes rumeurs sur la mystérieuse disparition en 1943 d'un avion allemand dans la région de Kiruna, un tueur rôde, prêt à tout pour que la vérité reste enterrée sous un demi-siècle de neige...

Asa LARSSON "Tant que dure la colère" Editions Albin Michel, 336 pages, 20€

Asa LARSSON "Tant que dure la colère" Editions Albin Michel, 336 pages, 20€

7.5/10

Toujours un plaisir de retrouver la plume d'Asa Larsson et son héroïne Rebecca Martisson. L'univers est toujours très noir et froid comme la climat de suède. L'écriture est belle, précise, les descriptions des meurtres sont implacables, et celles des paysages toujours magnifiques. La psychologie des personnages est juste, l'intrigue efficace.

Cette enquête, loin de se cantonner à une banale affaire de meurtre, va retracer le passé d'une famille qui a fait fortune pendant la seconde guerre mondiale...une famille ou vous découvrirez que pas un seul membre ne vaut mieux que l'autre!

Le seul bémol est que Rebecca se retrouve une nouvelle fois impliquée personnellement au péril de sa vie, ça devient une habitude agaçante. Elle sera vraiment bonne pour l'asile à la fin du futur tome...

Un bon roman.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 11:39

On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.
 
Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité jusqu’à Lontano, au cœur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.
 
Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi. L’Homme-Clou.
 
Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

Jean Christophe GRANGE "Congo requiem", Editions Albin Michel, 736p, 24.90€

Jean Christophe GRANGE "Congo requiem", Editions Albin Michel, 736p, 24.90€

4/10

Quelle déception! Je m'attendais à un thriller dense, noir, réaliste et qui me tienne en haleine jusqu'à la dernière page.

On se retrouve avec un roman à l'accumulation rocambolesque de faits censés accroitre le suspense et tenir le lecteur en émoi! Chou blanc pour moi.

Même sans avoir lu "Lontano" (comme moi) vous pourrez vous immerger sans problème dans ce roman. L'auteur reprend assez les évènements antérieurs et sur les passifs de ces personnages.

Rien à redire sur le Clan Morvan même s'ils en tiennent tous une bonne couche. Chaque famille à ses casseroles! La psychologie des personnages est assez bien rendue.

Au niveau de l'intrigue: Erwan part pour Lontano pour découvrir les zones d'ombres qui subsistent sur l'affaire de l'Homme Clou. Il arrive en zone de guerre, sans aucun plan mais arrive à glaner les informations qu'il cherche. Lui, comme son père, se retrouvent dans des situations plus que délicates mais ils s'en sortent à chaque fois. Les fans d'hémoglobine seront ravis.

Morvan père finira par sauver les fesses de son rejeton et lui avouer ses vilains secrets avant de casser sa pipe...

Gaëlle en pleine psychanalyse, découvre que son psy n'est pas celui qu'il prétend. Elle se lance dans une enquête avec Audrey, le meilleur effectif de l'équipe d'Erwan. Enquête qui mènera à la mort du psy,...Puis Gaëlle se lance dans une vendetta épique pour venger son père quitte a devoir de nouveau écarter les cuisses.

Loïc en plein sevrage, se retrouve en Italie suite au meurtre atroce de son ex beau père qui tait lié aux affaires de Morvan. Il enquête avec Sofia sur les circonstances de cette mort et va subir un viol...drame qui n'amène absolument rien à l'histoire.

De retour à Paris, Erwan va reprendre l'enquête de sa soeur et Audrey et repartir aux trousses de l'Homme Clou. Loïc, changé par ses mésaventures, va apparaitre comme un nouveau soutien pour son frère.

Au final, pas grand chose n'est crédible et tout le monde s'en prend plein la tronche. Le tout est davantage écrit comme un scénario pour le cinéma plutôt qu'un thriller efficace et travaillé. On est en plein dans une rythmique infernale donnant dans le trash et le sensationnel pour tenir le lecteur.

Personnellement ça n'a pas pris. J'ai fini par me lasser et même carrément m'ennuyer. J'ai été soulager d'arriver à la fin de ses pseudos rebondissements à rallonges.

Pas un roman à retenir.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

 

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 11:11

L’agent fédéral Nathan Active, bien qu’unupiat de naissance, reste, pour la communauté traditionnelle, un naluaqmiiyaaq ou presque blanc : celui « qui a l’hiver dans ses yeux ».  Il vit toujours à Chuchki, il est toujours en décalage avec ses habitudes de citadin, et particulièrement malheureux à cause du froid et de la neige. Mais son statut d’outsider lui permet de porter un regard neuf sur les questions politiques tribales. Quand une momie Inupiat, donnée par Le Smithsonian, est volée par des extrémistes et qu’un des membres du conseil tribal est retrouvé empalé sur le harpon appartenant à la même momie, il part à la recherche du coupable à travers la steppe.

Stan JONES "Le col du Chaman" Editions du Masque, 240p, 19€

Stan JONES "Le col du Chaman" Editions du Masque, 240p, 19€

8/10

Après "L'homme qui tue les gens" (qu'on avait beaucoup aimé!) Stan Jones nous propose une nouvelle enquête du State Trooper Nathan Active. J'ai été ravie de retrouver ce policier et l'ambiance particulière de l'Artique

Active enquête sur le meurtre de Victor Salomon, retrouvé empalé sur le harpon appartenant a une momie inupiaq dérobé la veille. Le policier va devoir affronter la région hostile pour interroger ses suspects. Peu à peu, il  retrace l'histoire de "Tonton des glaces" la momie inupiat et celles des anciens chamans de la région. Immersion totale dans la culture et le style de vie des inupiats.

Ce nouvel opus est une réussite. Ne ratez pas les enquêtes de Nathan Active! Dépaysement garanti!

 

Exemplaire reçu par service de presse.

Repost 0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 18:58

Anna Lou est une jeune fille exemplaire. Alors pourquoi aurait-elle fugué la veille de Noël? Ou serait-ce un kidnapping?

Mais qui lui voudrait du mal dans son paisible village des Alpes? Le commandant Vogel, star de la police et envoyé sur place.

Entouré de sa horde de caméras, il piétine. Aucune piste, aucun indice ne s'offre à lui. Devant ses fans, il ne peut pas perdre la face.

Vogel résistera-t-il à la pression de son public qui réclame un coupable?

Donato CARRISI "La fille dans le brouillard" Editions Calmann-Lévy, 320 pages, 20.50€

Donato CARRISI "La fille dans le brouillard" Editions Calmann-Lévy, 320 pages, 20.50€

6.5/10

Le commandant Vogel se trouve dans une fâcheuse posture. Plusieurs semaines après la disparition mystérieuse d'Anna Lou, il relate à un psychiatre peu à peu les évènements depuis le jour de la disparition.
Le village d'Achevot, perdu au milieu des Alpes, est particulier avec ses habitants repliés autour de leur confrérie religieuse. L'auteur a su créer une ambiance un peu à huis clos dans un environnement assez sectaire. 
 Vogel, est un commandant de police qui pense plus à son image, ses costumes et sa carrière qu'aux victimes et à la découverte de la vérité. Personnellement je trouve ce personnage totalement exécrable et ses méthodes sont en contraire contradiction avec les habitudes policières normales. Par ailleurs, je déplore l'idée d 'un policier ultra médiatisé, affecté sur les affaires les plus importantes, et qui s appuie sur les médias pour trouver un coupable idéal car ce n'est pas du tout réaliste.
Mais si on accepte ce parti pris, l'affaire est intéressante, les découvertes et rebondissements bien menés. 
Le personnage du professeur Martini est particulièrement complet, ses relations avec sa femme et sa fille ainsi que sa manière d'enseigner sont très intéressants. Le suspense autour du motif de la fuite de sa famille à Avechot est bien tenu. 
Bémol sur ce qu il vit pendant son incarcération  que je n ai pas trouvé très poignant.
Le final qui révèle ses surprises est bien amené. 
Un bon divertissement.
 
 
A noter, une adaptation au cinéma est en projet....
 
Exemplaire reçu par service de presse
Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 11:34

Tout le monde pensait que Kick Lannigan était morte.
Enlevée par des inconnus à l'âge de six ans, elle a incarné le pire cauchemar de tous les parents. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée et fait la une des journaux. Depuis, Kick n'a eu de cesse de vouloir échapper à son passé. Désormais âgée de vingt et un ans, elle sait se défendre. C'est une pro des armes à feu, elle peut crocheter des serrures, esquiver les coups, lancer des couteaux et étudie les arts martiaux, entre autres activités.
Kick n'est pas vraiment quelqu'un de sociable. Mais quand un mystérieux ex- vendeur d'armes baptisé Bishop lui demande de l’aider à retrouver deux enfants récemment kidnappés, elle accepte. Bishop a des contacts dans la police, des moyens visiblement illimités et encore plus de secrets qu'elle.

Chelsea CAIN "Pourquoi moi" Editions Lattès, 350p, 21.50€

Chelsea CAIN "Pourquoi moi" Editions Lattès, 350p, 21.50€

6/10

Un début prometteur qui met en scène Kick Lannigan, une ancienne victime de pédophile enlevée à l'age de 5 ans et retrouvée vivante des années plus tard. Kick est hantée par son passé et se lance avec Bishop dans une étrange affaire pour retrouver un enfant kidnappé avant qu'il ne soit trop tard. De fait, des souvenirs enfouis vont remontés et permettre de remonter la piste. L'auteur a eu l'intelligence de ne pas sombrer dans le glauque et les détails de la pédopornographie.

Kick a une personnalité complexe et des relations conflictuelles avec sa famille. On a terriblement envie de mettre des baffes a sa mère, qui continue de se faire du beurre sur le passé effroyable de sa fille.

On comprend son envie d'aider Bishop mais j'ai trouvé qu'on sombrait un peu dans les clichés, et le pathos a deux francs six sous notamment lorsque Kick revoit son kidnappeur qui se trouve à l'article de la mort...

L'auteur a savamment construit son intrigue et a su distiller des réponses tout en ouvrant la porte à une suite à ce roman.

Un roman psychologique qui se lit facilement et reste divertissant.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 12:01

La vie paraît sourire à Will Trent, du Georgia Bureau of Investigation. Il vient de tomber amoureux et commence à enterrer son passé trouble lorsqu'une jeune étudiante disparaît ; son chef, Amanda Wagner, la directrice-adjointe du GBI, sans aucune explication, le tient à l'écart de l'enquête. Will s'interroge, les cas de disparitions se multiplient. Que faisait Amanda dans l'orphelinat désaffecté d'Atlanta où il a grandi ? Se recueillerait-elle, elle aussi, sur un lieu de mémoire ? Il semblerait que l'affaire qui a lancé la carrière d'Amanda, quarante ans plus tôt, ait soudain refait surface. Et les deux policiers vont devoir affronter les démons d'une enfance qui les hante...

Karin SLAUGHTER "Criminel" Livre de poche, 640p, 8.30€

Karin SLAUGHTER "Criminel" Livre de poche, 640p, 8.30€

5/10

Partagée sur ce roman. J'étais enthousiaste de relire un roman de Slaughter et de redécouvrir ses personnages. L'intrigue est plutôt bien menée, elle se déroule en deux temps, une enquête actuelle et celle se menant durant la jeunesse d'Amanda. J'ai trouvé que la place des femmes dans la police dans les années 60 était bien retranscrite Ces années ont profondément marqué Amanda, son personnage a poursuivi une grande évolution.

Cependant, le personnage de Will dans cet opus est "molasson-mou" ce qui est profondément ennuyeux. Le pauvre homme est littéralement anesthésier face à cette affaire le confrontant à son père biologique, et son rôle n'a pas grand chose de convainquant dans l'histoire.. Dommage.

Par ailleurs, on voit arriver Angie sur ses grands chevaux à mille à l'heure. Pas de surprise quand au dénouement.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 11:01

Léa s’ennuie. Son existence terne ne lui apporte ni bonheur, ni désir. Mariée trop jeune, elle s’étiole dans une vie de couple médiocre. Sa seule évasion, cette fille de mafieux la trouve dans la lecture. Une vraie boulimie. Un livre en entraîne un autre. Puis survient une rencontre. C’est le déclic qui la fait basculer. Léa se transforme physiquement et moralement. Elle commence à tuer…

Anna-Véronique El Baze "La fille au 22", Editions Cherche Midi, 183p, 16€

Anna-Véronique El Baze "La fille au 22", Editions Cherche Midi, 183p, 16€

7/10

Léa fraichement divorcée, a tout passé à son mari. Elle a mené une vie triste et fade. Ses seuls intérets sont: Laura sa fille et la lecture. Maniaque de l'ordre, froide, peu démonstrative, Léa ne s'accomplit que dans son métier de chef de rayon dans une grande librairie. Quand Laura tombe dans le coma, la vie de Léa bascule. Une rencontre et Léa se transforme.en femme fatale! Elle décide de devenir forte, séductrice et de se faire respecter...Et le respect passe par l'usage de son 22, hérité de son mafieux de père. Ces messieurs n'ont qu'à bien se tenir....Elle devient par ailleurs très manipulatrice et s'amuse avec la police.

L'écriture est fluide, le roman est rythmé et efficace, les pages se lisent très vite, le lecteur a envie de connaitre le dénouement. L'auteure a très bien su appréhender son personnage et son cheminement psychologique. 

Une lecture distrayante.

 

Exemplaire reçu par service de presse

 

Repost 0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 10:46

Caroline Cashion, professeure de littérature française l'université de Georgetown, apprend avec stupéfaction, lors d'une IRM, qu'une balle est logée à la base de son crâne. Comment est-ce possible, alors que Caroline n'a jamais essuyé aucun tir, et qu'elle n'a aucune cicatrice ? La jeune femme apprend alors qu'elle a été adoptée après le meurtre de ses parents biologiques, tués alors qu'elle avait trois ans. Victime d'un coup de feu, la fillette a survécu, mais la balle n'a pas pu être retirée. Une balle qui est restée dans son crâne pendant 34 ans. Caroline retourne dans sa ville natale, déterminée à découvrir pourquoi ses parents sont morts. Elle y apprendra que l'enquête n'a jamais été bouclée, et que le tueur court toujours. Caroline est en danger : la balle logée dans son cou pourrait permettre d'identifier le meurtrier, qui fera tout pour que la police ne mette pas la main dessus. Elle devra alors faire un choix : fuir et rester en vie, ou persévérer et se battre.

Mary Louise KELLY "Balle perdue" Editions Marabout, 374 pages, 19.90€

Mary Louise KELLY "Balle perdue" Editions Marabout, 374 pages, 19.90€

5/10

Caroline, 34 ans, dont la vie s'écoule tranquillement, découvre du jour au lendemain qu'une balle se trouve dans son crâne  !
 
Cette révélation va déclencher une cascade d'événements et la mener à se plonger dans un passé dont elle avait tout oublié.
 
Le premier intérêt de l'ouvrage est bien évidemment de découvrir comment cette balle est arrivée dans la tête de la narratrice (le récit se faisant effectivement à la première personne) : vous y serez assez vite.
 
De là, l'intrigue va se dérouler de manière plutôt dynamique : les déplacements de l'héroïne nous font voyager, ses rencontres laissent apparaître des personnages qui vont nourrir l'histoire et les faits marquants bien répartis.
 
L'ensemble est vraiment correct, cohérent, mais beaucoup trop gentillet à mon goût et manquant d'une noirceur certaine.
 
Exemplaire reçu par service de presse.
Repost 0