Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 20:01

La nuit du 13 novembre 1952, Patricia Curran, fille d'un juge influent, est assassinée dans l'allée de la propriété de sa famille, située non loin de Belfast. Trente-sept coups de couteau, sans doute l'œuvre d'un rôdeur, d'un pervers. Pour des raisons politiques, l’enquête est confiée à un enquêteur de Scotland Yard, le commissaire divisionnaire Capstick, homme à femmes, violent, et cynique. Pour faire éclater la vérité ou au contraire l'étouffer ? Puisque l'on n'a pas pu mettre le crime sur le dos d'un métèque, un homosexuel devrait pouvoir faire l'affaire. Névrosé, imaginatif, sensible, vaniteux, le jeune Écossais Iain Hay Gordon, qui fait son service militaire dans la RAF, a le profil rêvé dont on fait les pendus…

 

Eoin Mac Namee "Le Tango Bleu" Editions du Masque Poche, 393 pages, 6.90€

Eoin Mac Namee "Le Tango Bleu" Editions du Masque Poche, 393 pages, 6.90€

6.5/10

Histoire bien sombre d'un crime impuni : une jeune fille, Pat Curran, a été assassinée le 13 Novembre 1952 et un coupable a été condamné.

L'auteur remonte le temps et dresse une peinture  sans concession de cette période. Il dénonce les compromissions, les idées reçues, le racisme latent. Les portraits et les mœurs  sont détaillés .
C'est une peinture aux petits points dont l'accumulation de détails participe à une atmosphère lourde et noire

Les deux victimes semblent en route inexorablement vers leur destin tragique. Toute attente de justice est vaine.

 

Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 19:55

1773 : Mesmer invente l'hypnose
1886 : Freud invente la psychanalyse
2012 : Draken invente le sérum

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient. Un simple carnet pour décrypter des visions fantasmagoriques et seulement quelques jours pour empêcher le pire. Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel? Alors que s'enchaînent meurtres, enlèvements et conflits politiques, comment ne pas mettre en doute la parole de Draken?

Six épisodes sous pression, réunis en un seul volume, pour une enquête hors norme!

Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza "SERUM" Saison 1, editions J'ai lu, 792 pages, 14.99€

Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza "SERUM" Saison 1, editions J'ai lu, 792 pages, 14.99€

6/10

S'agissant d'un avis tout personnel, je ne suis pas fan de ces nouveaux polars qui mêlent internet à la lecture.Ici, les auteurs proposent d'écouter des morceaux de musique à quasi tous les chapitres.Je suis encore moins fan de ce concept d'épisodes ; lorsque je commence un livre, j'aime connaitre la fin !J'avoue, la patience n'est pas mon fort. 
J'ai dû néanmoins prendre mon mal en patience, ce premier tome (correspondant à la seule saison 1) comptant 792 pages !
Cependant, je me suis rapidement laissée prendre par le rythme soutenu de l'histoire : une jeune femme poursuivie par de mystérieux tueurs, se retrouve amnésique après avoir survécu à une balle dans la tête.
L'enquête est confiée à l'explosive inspecteur Lola Gallagher qui va faire appel à son ami le Dr Draken, psychiatre de renom, qui va tout faire pour percer le mystère que représente cette jeune femme, quitte à utiliser des techniques à la limite de la légalité, comme l'utilisation de ce fameux serum facilitant l'hypnose.
L'intrigue se construit donc autour de ce mystère et prend une direction toute particulière : une machination diabolique ourdie par des puissants.
De nombreuses questions apparaissent au fur et à mesure, certains voiles sont levés, d'autres mystères restent en suspens. Frustrant ! Mais l'objectif est atteint : tenir en haleine le lecteur.
J'attends donc la saison 2 pour apaiser cette frustration, en espérant ne pas avoir à patienter trop longtemps, sous peine d'avoir à relire ce pavé, pour se remémorer toutes les intrigues développées.
Repost 0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 10:55

Les corps d’un jeune couple de marginaux sont retrouvés dans un souterrain proche d’Angoulême. Nouvelle recrue à la gendarmerie, Maud Delage enquête sur ce double meurtre avec l’aide de ses collègues Irwan et de Xavier, qui ne sont pas indifférents à ses charmes. Jusqu’où la jeune policière est-elle prêt à aller… pour ne pas être la prochaine victime ?
Un coureur automobile, riche industriel et self-made man, participe au circuit des Remparts, course de voitures se disputant dans le vieil Angoulême, à laquelle assiste Maud Delage. Soudain, son véhicule explose sans raison apparente. Selon toute vraisemblance, le pilote a été victime d’un attentat. Maud devra déployer toutes ses ressources pour trouver la clé de l’énigme. D ‘autant que de nouveaux crimes surviennent…

Marie-Bernadette Dupuy "Du sang sous les collines" Editions l'Archipel, 330 pages, 18.95€

Marie-Bernadette Dupuy "Du sang sous les collines" Editions l'Archipel, 330 pages, 18.95€

4.5/10

Premier point pour l'éditeur: on se le dira la Police Nationale ce n'est pas la même chose que la gendarmerie vous pouvez changer votre 4ème de couverture...

Dans ce roman, l'auteur nous propose deux enquêtes différentes. Toutes les deux mettent en scène l'inspecteur Maud Delage, nouvellement arrivée à Angouleme. L'intrigue se déroule dans les années 1995-1996. Un monde loin de nos policiers actuels, des CSI au mille gadgets etc.

Maud fait équipe avec 2 inspecteurs Irwan et Xavier. L'auteur insiste tout le long du roman (donc bien trop) que les deux hommes sont sous le charme de la belle policière alors que son héroine veut se concenter sur sa carrière tout en jouant d'ambiguité. Exaspérant.

Le personnage de Maud est assez nunuche. Choquée à la moidre vision de cadavre, touchée par moult personnages sans grand intéret. Son passé est "bateau" (on ne devient pas forcement flic car on a été témoin d'un drame dans son enfance).

Les enquêtes ne sont pas mauvaises mais il n'y a aucune originalité. Le style d'écriture est un peu pompeux. Les deux seules moments d'action se résument à impliquer personnellement dans les 2 enquêtes, la jeune inspectrice qui va mettre sa vie en péril.

Au final l'auteur paye ses choix: il faut choisir entre le roman a l'eau de rose, le policier ou le guide touristique. Le mélange donne un tout bien trop gentillet.

Bref je me suis ennuyée. Un roman plutot plat et sans saveur.

 

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 19:08

Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage.
Après une rupture sentimentale, Devin Jones, 21 ans, débarque l’été 1973 à Joyland, petit parc d’attraction sur le littoral de la Caroline du Nord. Il est embauché avec d’autres étudiants pour compléter l’équipe de forains, à la fois étrange et joyeuse. Sa rencontre avec un petit garçon doué de voyance, atteint d’une maladie grave, et surtout de sa mère, va changer la vie de Devin. Obsédé par le mystère du train fantôme soi-disant hanté par le spectre d’une femme égorgée 4 ans auparavant, le jeune homme se lance dans l’enquête. Un nouveau meurtre est-il possible ? Parviendra-t-il à l’éviter ? Une chose est sûre, l’aventure le changera à jamais.

Stephen KING "JOYLAND" Editions Albin Michel

Stephen KING "JOYLAND" Editions Albin Michel

6.5/10

Pour les amateurs de sensations fortes, à la recherche de la terreur provoquée par certains romans de King (Cimetierre pour ma part), passez votre chemin !
Ici l'histoire s'écoule tranquillement, émaillée de quelques remous.
La lecture est fluide et l'on arrive rapidement et facilement à l'épilogue.
Tous les ingrédients sont tous de même réunis pour en faire un "vrai" King : 
- le héros, auquel on s'attache rapidement et dont la vie va irrémédiablement changer : Devin Jones, jeune étudiant de 21 ans, part effectuer un job d'été dans un parc d'attraction
- L'enfant, doué de pouvoirs paranormaux : Mike, jeune garçon cloué dans son fauteuil roulant à cause de la maladie.
- Le lieux, à la fois paysage et personnage à part entière : Joyland, parc d'attraction qui derrière sa façade débonnaire, recèle bien des mystères.
King a su poser son ambiance et encore plus ses personnages.
Toutefois, le côté polar mâtiné d'un léger souffle fantastique passe au second plan.
On s'attachera plus à la découverte du monde forain et de leur "parlure" (entendez par là "parler forain") ainsi qu'à la vie et à l'évolution des personnages, plutôt que de savoir qui a bien pu égorger cette jeune fille dans le train fantôme...
Pas de "Waouhhhh" pour ce roman, mais une sorte d'effet rassurant.
Un peu plus de rythme n'aurait sans doute pas nuit à l'histoire, il n'en reste pas moins qu'il s'est agit d'un agréable moment de lecture.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 12:20

2012. À la fin de l’émission où il est invité pour son livre sur la «Tuerie du Caire», un attentat qui a fait quarante victimes dont son père en 1954, Stanislas Kervyn reçoit un coup de téléphone qui bouleverse tout ce qu’il croyait savoir.
1948. Nathan Katz, un jeune Juif rescapé des camps, arrive à New York pour essayer de reconstruire sa vie. Il est rapidement repéré par le Chat, une organisation prête à exploiter sa colère et sa haine.
Quel secret unit les destins de ces deux hommes que tout semble séparer?

Paul COLIZE "Un long moment de silence" edité chez "La manufacture de livre"

Paul COLIZE "Un long moment de silence" edité chez "La manufacture de livre"

Paul COLIZE "Un long moment de silence" Folio Policier, 508 pages, 8.40€

Paul COLIZE "Un long moment de silence" Folio Policier, 508 pages, 8.40€

8.5/10

Stanislas Kervyn a écrit un roman sur la "Tuerie du Caire" durant laquelle son père a trouvé la mort. Suite à une emission télé pour présenter son roman, il obtient une nouvelle information qui le pousse à reprendre son enquête.

Le personnage de Stan est antipathique, et du genre taiseux. Un homme qu'on aurait  tendance a détester plutot qu'à apprécier. Surtout face à son comportement envers les femmes, qu'il décrit toujours en 2 termes: baisable ou non baisable. Sympathique!

Pour l'aider dans son enquête il sera épaulé par une belle traductrice (baisable donc) qui a le sens de la répartie. L'auteur nous offre des dialogues droles qui détendent le lecteur face aux lourds sujets abordés (crimes nazis...)

En paralèle, nous suivons le parcours de Nathan, un juif rescapé des camps et recruté par une organisation secrète qui poursuit les criminels de guerre.

Ces deux histoires, qui se déroulent à des époques différentes vont se rejoindre brillament.

L'écriture de ce roman est totalement maitrisée. Les personnages sont construits, complexes, touchants. Le suspens est au rendez vous.

Un roman complet et totalement maitrisé qu'on ne lache pas...

A Lire vite!!

 

 

Repost 0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 12:28

Une mystérieuse société, Nanigen MicroTechnologies, s’est installée dans les environs d’Honolulu. Officiellement, Nanigen fait de la bioprospection. En réalité, elle s’intéresse de près aux nanotechnologies : elle fabrique des microrobots au moyen d’un mystérieux générateur tensoriel qui lui permet de réduire aussi bien les objets que les créatures vivantes. Grâce à ces inventions, Nanigen découvre dans la jungle d’Oahu des milliards de micro-organismes inconnus.
Pour exploiter cette manne prometteuse de nouveaux médicaments vitaux et de profits inimaginables, il lui faut des chercheurs. D’autant plus que ses méthodes ne sont pas sans danger pour son personnel et que son PDG, Vin Drake, est prêt à vendre son âme au diable… Ses dirigeants contactent à Cambridge, Massachusetts, un groupe de sept étudiants en biologie dont chacun se distingue dans son domaine. Leur faisant miroiter des outils de travail incroyablement innovants qui les porteront à l’avant-garde de la recherche scientifique, ils les invitent à Hawaï tous frais payés. Eric, directeur de Nanigen et frère de Peter, l’un des étudiants, disparaît. Arrivé à Hawaï, Peter comprend vite que son frère a été éliminé par Vin Drake, avec la complicité d’Alyson Bender, la directrice financière.
Il décide de les confondre en présence des autres étudiants. La confrontation tourne mal. Les étudiants se retrouvent miniaturisés et abandonnés dans la jungle. Face à un environnement hostile, peuplé de créatures gigantesques par rapport à eux, qui ne mesurent plus qu’une douzaine de millimètres, ils n’ont pour se défendre que leurs connaissances de biologistes. En outre, le temps leur est compté.
En effet, s’ils ne retrouvent pas leur taille dans les trois jours, tous les êtres vivants miniaturisés meurent de la maladie des caissons. Commence alors une course folle contre la montre face à une nature cruelle et sans états d’âme et à un Vin Drake prêt à tout pour se débarrasser de ces témoins gênants…

Michael CRICHTON "MICRO" editions Pocket

Michael CRICHTON "MICRO" editions Pocket

6.5/10

Un groupe de jeunes étudiants en biologie attiré à Hawaï pour des recherches scientifiques va être contraint de vivre dans un monde qu'il observe généralement au microscope.

"Micro" est de ces livres où l'on s'attend à une histoire toute tracée mais détrompez vous, il y a bien des rebondissements. Vous verrez que la connaissance est une arme et qu'à l'échelle micro les batailles sont chimiques. Ce roman est pour moi un mélange "Indiana Jones" et de " Chérie j'ai rétrécie les gosses".

Vous découvrirez aussi une autre facette du monde dans lequel nous vivons, celui du miniature. Petite démarche que j'ai réalisé et que je vous invite à faire durant votre lecture, chercher les images de certains êtres vivants cités dans ce livre afin de bien vous plonger dans le contexte de quelques passages, mais aussi afin de découvrir des organismes de notre quotidien dont on ignore l'existence. Après cette lecture, pas sur que vous vous voyez comme un être puissant ...

Repost 0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 10:27

Après un carnage à l’explosif dans le métro parisien, la France vit dans la terreur d’un terroriste Iranien ; Racheed Al’Wesan. La police piétine.  Alors comme elle en a pris l’habitude pour pallier à son manque d’effectifs et de moyens, elle fait appel à un partenaire privé pour l’aider. C’est ainsi que l’ ombrageux et alcoolique Gino Paradio, lieutenant défroqué de la Police Judiciaire, devenu détective désargenté, se voit confier des recherches par son ancien chef de service.

Des terroristes islamiques, des tueurs à gage, un conseiller présidentiel, un mercenaire, un hacker, des criminels sordides, un patron du CAC 40, la mafia calabraise : Gino Paradio, dit « le Pit’ » va devoir abandonner une vengeance personnelle  pour débrouiller l’écheveau compliqué de cette traque sanglante à l’ennemi public N°1.

Mais comment distinguer, sur l’échiquier,  les pièces blanches des noires,  et qui sont  les joueurs ?

Florent  MAROTTA "L'échiquier d'Howard Gray",Rouge Sand Editions, 486 pages, 12.10€

Florent MAROTTA "L'échiquier d'Howard Gray",Rouge Sand Editions, 486 pages, 12.10€

6.5/10

Roman qui met en scène Gino, un detective meurtri par la disparition de sa famille.  Ce dernier recherche l'ennemi public numéro un Racheed Al'Wesan, un terroriste responsable de la mort de nombreux innocents. Dans sa démarche, il est accompagné d'un jeune hacker "Wired" qui lui apporte une aide précieuse.

Le début du livre est un peu longuet, mais quand Gino se lance vraiment dans ses recherches le roman prend du corps. L'apparition du personnage d'Howard Gray accentue l'intérêt du lecteur.

L'enquête se révèle bien plus complexe qu'ils ne l'imaginaient et les deux compères vont mettre le doigt sur une machination sans précédent avec un réseau très bien organisé... Le lecteur aura son lot de surprises.

Repost 0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 15:09

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux d’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

 

Jussi ADLER OLSEN "MISERICORDE" editions Albin Michel

Jussi ADLER OLSEN "MISERICORDE" editions Albin Michel

7/10

Au commissariat, Carl Morck est mis à l'écart après une fusillade dramatique. Son divisionnaire le nomme à la tête du département V : il doit reprendre les affaires non résolues. Carl comprend très vite qu'il y a une magouille aussi il réclame quelques avantages dont un assistant.: Hafez El Assad se révèle un homme de ménage accompli mais surtout un second efficace et curieux.

L'affaire reprise concerne la disparition, depuis 5 ans, d'une parlementaire, Merete Lyngaard.

A côté de leur découverte mutuelle et du quotidien de Carl, nous vivons la solitude et les conditions abominables de la réclusion de Merete.

Si le coupable semble évident, les éléments de l'enquête, les personnages, les recherches sont néanmoins intéressantes, comme la discrète présente de l'humour

Repost 0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 15:13

La mort est une réalité quotidienne sur le continent africain, et, parfois, la vie ne tient qu’à un fil. Déchirée par des tensions ethniques, Nairobi est une véritable poudrière. Dans les jours qui ont précédé et suivi les élections présidentielles de 2007, une vague de violence a envahi le pays.
Quand le corps mutilé d’une Massaï est retrouvé dans un parc, l’affaire s’apprête à être classée comme un énième meurtre de prostituées. Mais Mollel, le policier en charge de l’enquête, lui aussi massaï, a de sérieux doutes. Alors que les émeutes ravagent la ville, Mollel met en suspens sa vie de famille et passe outre les directives de ses supérieurs pour suivre son instinct de guerrier.

Richard CROMPTON "L'empreinte Massaï" editions du masque, avril 2014, 350 pages

Richard CROMPTON "L'empreinte Massaï" editions du masque, avril 2014, 350 pages

7.5/10

Un roman pour plonger au cœur de Nairobi,au Kenya, cadre très particulier car la mégapole est agitée par les tensions entre ethnies qui sont vite attisées à l'approche des élections présidentielles. Le chef du département des enquêtes criminelles décide que Mollel, sergent d'origine massaï, doit trouver le meurtrier d'une prostituée. Il lui associe un équipier, Kiunga, qui le soutient et déploie ses talents de négociateur.
J'ai aimé ce livre par les inclusions sur la culture massai, pour la richesse des informations et la manière de "peindre" le décor, la situation ou les personnages. Le premier chapitre dans lequel Mollel intervient, met en évidence ses qualités (courage, honneur, abnégation...) et ses défauts.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 19:12

À Toulouse, dans une crypte de l’Hôtel des Chevaliers de Saint Jean, une équipe
d’archéologues met à jour la sépulture d’une jeune femme dont le gisant de pierre, datant du XIIIe siècle, est d’une beauté hors du commun. Pour les scientifiques, celle qu’ils surnomment la « Joconde cathare » ne peut être qu’une proche de Raymond VI, seigneur occitan, comte de Toulouse, protecteur des hérétiques, ennemi de Rome, dont la tombe n’a jamais été retrouvée.
Cette découverte capitale doit leur permettre de lever enfin le mystère qui entoure la mort de cet ardent défenseur de la liberté d’expression, le premier des Justes.
En poursuivant leurs fouilles, les chercheurs tombent sur une salle secrète contenant dix cadavres contemporains. Qui les a tués ? Des fantômes de l’Inquisition ? Une secte
mystique ? Un serial killer surgi de la nuit des temps ? Firmin Degas, patron de la brigade criminelle de la PJ de Toulouse, et son fidèle second, le capitaine Betlem, aidés d’une intrépide archéologue italienne, Giulia d’Arusio, cherchent à résoudre cette énigme qui va les plonger dans une histoire terrifiante.

 

 

Serge RAFFY "Tuez-les tous" editions Albin Michel, avril 2014, 350 pages, 19.50€

Serge RAFFY "Tuez-les tous" editions Albin Michel, avril 2014, 350 pages, 19.50€

5,5 /10

Guilia d'Arusio, jeune architecte italienne, participe à une mission à Toulouse. Elle rêve de découvrir la tombe de Raymond VI.... mais au cours d'une agression sauvage, elle est marquée au cou d'une croix !

Si ce roman développe une grande érudition sur l'hérésie cathare, sur le plan de l'intrigue, j'ai eu l'impression de me retrouver dans une enquête de « Alice détective » ou du « Club des Cinq » !

L'écriture est elle aussi laborieuse. Ce roman est un travail appliqué : l'auteur s'attache à accumuler les détails, mais il veut servir de trop nombreux thèmes : le terrorisme islamique, la vengeance, la coopération franco-espagnole de la police … sans oublier une histoire d'amour.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0