Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 10:37

Il est hanté par le souvenir d'une affaire d'enlèvement qui a mal tourné...

Voulant éviter que l'histoire ne se répète, l’inspecteur Matt Brady se démène pour résoudre les disparitions de sept jeunes femmes, mais se retrouve rapidement confronté à une organisation criminelle bien au courant des procédures policières, et qui met tout en œuvre pour garder une longueur d'avance sur lui. 

Ses ennuis prennent une tournure plus compliquée quand une jeune vétérinaire se lance elle aussi dans l'enquête et prend des risques qui pourraient faire d’elle la huitième victime. Et quand il essaie de la protéger, il se retrouve dans la ligne de mire d'un tueur professionnel d’agents de police. Brady pourra-t-il résoudre l'affaire à temps, ou bien cette enquête lui sera-t-elle fatale à lui et sa nouvelle flamme ?

Alan BRENHAM " Traquenards" Babelcube Book,  384 pages,  13.26€

Alan BRENHAM " Traquenards" Babelcube Book, 384 pages, 13.26€

7.5/10

Ce roman policier a été une jolie surprise. Très classique dans sa construction et ses personnages, l'intrigue n'en reste pas moins efficace, aboutie et bien ficelée.

Tout ce que l'on demande a un bon roman policier est là: des femmes sont enlevées, la police pédale un peu dans la choucroute face à un réseau criminel bien organisé, et la prochaine victime semble toute désignée...de quoi alimenter le suspense!

Les personnages ont une âme et du corps. L'enquête, qui a sa part de rebondissements, est intéressante. L'inspecteur Brady est attachant et l'on comprend que cette affaire l'obsède.

(Par contre, cette édition est truffée de fautes de frappe, mais aussi d'orthographe ainsi que des oublis de mots...à corriger!)

Un bon divertissement!

 

Exemplaire reçu par service de presse.

Repost 0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 10:09

La rumeur d'un miracle embrase Libreville.
Jade Wirowski, agent du service action à la DGSE, est dépêchée sur place.
Sa mission : découvrir si la guérison de Georges Delau est le résultat de l'œuvre divine… ou si elle est due à un remède capable de vaincre le cancer, potion miracle venue du fin fond de l'Afrique et découverte par Michaël Delau, un ressortissant français.
Au cours de cette mission inhabituelle et pourtant banale, Jade va se retrouver beaucoup plus impliquée qu'elle ne l'aurait imaginé. Son enquête la plonge dans un monde originel impénétrable, qui lui échappe par sa densité de sensations et ses codes.

Ludovic BOUQUIN "Rémission spontanée" Editions Pousse au crime, 17€

Ludovic BOUQUIN "Rémission spontanée" Editions Pousse au crime, 17€

5/10

L'auteur nous propose une intrigue qui s'annonçait intéressante avec la possible découverte d'un traitement miracle contre le cancer. De quoi attirer les convoitises de nombreux acteurs...

Le roman est bien écrit et se lit très vite. Si l'auteur a su intégrer de bonnes descriptions de la vie à Libreville, et des détails scientifiques entourant la découverte pharmaceutique, il pêche pour moi au niveau du réalisme de l'implication d'un agent de la DGSE dans ce contexte et avec tout le froufrou pseudo romanticopassionné autour du couple Jade/Mickael.

L'espionne censée être "de choc", s'emmourache en quelques heures, révèle sa couverture en deux temps trois mouvements, se fait suspendre mais continue d'enquêter, et devient personnellement impliquée...C'est un peu too much pour moi et cela ne m'a pas convaincue.

Le final est sans grande surprise mais bien amené.

 

Exemplaire reçu par service de presse.

 

Repost 0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 14:07

« Je suis le Dr Maria Martinez et je suis – enfin, j’étais – spécialisée en chirurgie réparatrice. J’ai 33 ans. Lieu de naissance : Salamanque, Espagne. Ah, et je suis accusée du meurtre d’un prêtre catholique. »

Maria Cruz-Banderras est en prison. Si elle est convaincue d’être innocente des faits qui lui sont reprochés, toutes les évidences sont contre elle. Son alibi ne tient pas la route et les tests ADN confirment qu’elle était bien sur les lieux du crime au moment du meurtre. Atteinte du syndrome d’Asperger, Maria se souvient de tout… sauf de ce qui la concerne intimement. Auprès des thérapeutes, elle va puiser dans ses facultés uniques pour tenter de se remémorer son passé récent. Des endroits étranges. Des gens plus étranges encore… Le puzzle épars qu’elle essaie de reconstituer ne semble pas faire sens. Sauf à croire à des années de mensonges et de faux-semblants. Ce qui est, bien sûr, totalement impossible. À moins que…

Nikki OWEN "Sujet 375", Super 8 Editions, 420p, 20€

Nikki OWEN "Sujet 375", Super 8 Editions, 420p, 20€

7.5/10

Que dire sans trop en dévoiler...Nikki Owen nous propose un roman original, très bien construit qui met en scène Maria, une jeune femme atteinte du syndrome d'asperger et accusée du meurtre d'un prêtre catholique. Elle n'a aucun souvenir d'avoir commis un tel acte, et sa maladie l'empêche de se rappeler certains passage de son passé.

Tentant de rester dans la réalité, trainant toujours son petit arnet avec elle, Maria suit, malgré elle, une thérapie et essaye de déméler ses souvenirs.

Malgré quelques longueurs, l'auteur est très habile dans la construction de ce thriller, et nous pousse à douter de l'équilibre de Maria. Cette dernière est-elle vraiment folle ou est-elle manipulée...?

Le final ouvre les portes d'une suite que j'espère tout aussi intéressante, en espérant que l'auteur dévoilera un peu plus ses cartes sur le passé de Maria.

Un thriller psychologique prenant à découvrir

 

Exemplaire reçu par service de presse.

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 19:29

D'ou vient ce cauchemar qui la hante depuis sa greffe de coeur ? Camille, gendarme à Villeneuve-d'Ascq, voit chaque nuit une femme enfermée l'appeler au secours. Un rêve aussi réel qu'un souvenir. Elle n'a dès lors plus qu'une obsession : retrouver l'identité de son donneur.
À une centaine de kilomètres de là, Sharko et Henebelle n'ont guère le temps de pouponner leurs jumeaux : une femme, victime d'une longue séquestration, les yeux presque blancs, dépourvus d'iris, a été découverte... sous un arbre.
Et leur enquête prend un tournant plus curieux encore lorsque Franck comprend qu'à chaque nouvelle piste, il est devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord...

Franck Thilliez "Angor", Editions Pocket, 640p, 8.40€

Franck Thilliez "Angor", Editions Pocket, 640p, 8.40€

4.5/10

Encore un roman qui aborde les greffés et la mémoire cellullaire. Que l'on soit septique où non, on veut bien y croire le temps du livre. Camille se lance dans une enquête folle pour comprendre d'ou vient son nouveau coeur, quitte à franchir la ligne rouge.

En parallèle, Sharko tente de découvrir qui a bien pu séquestrer une jeune femme sous terre, et surtout quelles pouvaient être les sordides motivations de cet individu.

Le début du roman est assez alléchant avec la recherche d'un réseau d'un criminel ultra organisé responsable de l'enlèvement, la séquestration de plusieurs femmes. Mais au final l''affaire est relativement complexe et n'est pas crédible. L'auteur en a fait beaucoup trop à mon goût.

Au niveau des personnages, n'ayant pas lu de Thilliez depuis longtemps, j'ai retrouvé Sharko,et surtout découvert Lucie sa femme et Nicolas Bellanger. Alors qu'on nous bassine un peu de l'arrivée des jumeaux dans le couple Lucie-Sharko, Hennebelle toute jeune maman, est incapable de décrocher le temps de son congès maternité, fouine dans les affaires de son conjoint et prend rapidement part dans l'enquête...(Quelle femme!) Son homme, part seul en Argentine pour mener l'enquête avec en tout et pour tout 1 photo et deux noms de villes...il se retrouve forcément dans une situation ultra délicate qui a bien failli lui couter la vie. (Quel homme!) Mais il sait trouver les bonnes personnes et obtenir des réponses. (Wahooouu, il est trop foooort.)

On a bien sur droit au chapitre du chef de groupe très impliqué, qui fume qui boit,et qui dérape...Ainsi qu'à la pseudo aventure amoureuse de ce dernier avec la gendarmette qui se rendra seule dans l'antre du diable et se fera bien sur enlevée...aaahhh quel drame!

Tout ce petit monde enquête en solo, chacun à son tour, ils se mettent en danger (quelle maladie)  On repassera pour la crédibilité de l'enquête au final.

Au niveau du style, rien d'exceptionnel. Ca se lit.

Ce n'est pas en accumulant des détails macabres et des horreurs que l'on fait forcément un bon thriller. Encore faut il savoir les mettre en scène avec réalisme et profondeur.

Encore un roman de Thilliez, qui ne m'a pas convaincue, ni emballée, ni réconcilliée avec l'auteur.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 19:25

La Norvège tout entière est sous le choc : un promeneur a découvert dans la forêt une petite fille assassinée, pendue à un arbre avec une corde à sauter et portant autour du cou une pochette où figure la mention : Je voyage seule.
Chargée de l’affaire, le commissaire Holger Munch décide de s’assurer l’aide de son ancienne collègue, Mia Krüger, douée d’une intuition imparable. Il part la chercher sur l’île de Hitra où elle vit recluse. Ce qu’il ignore au sujet de Mia c’est qu’elle s’y est retranchée pour se suicider. Or, quand elle regarde les photos de la fillette, elle remarque un détail qui avait jusque-là échappé à tout le monde et comprend qu’il y aura d’autres victimes…

Samuel Bjork "Je voyage seule" Editions Lattès, 512p, 20€

Samuel Bjork "Je voyage seule" Editions Lattès, 512p, 20€

4/10

Pas emballé par ce roman. Il y a trop d'insistance sur l'état suicidaire de Mia, ce qui plombe le roman et n'y apporte pas grand chose. L'auteur se perd un peu trop dans la psychologie de ses personnages pour moi.

L'enquête en elle même s'éparpille et les policiers sont tous trop impliqués à différents niveaux. Je n'ai pas trouvé le tout très crédible ni cohérent.

Pas un livre à retenir

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 12:41

Le premier appel est de son père. Inquiétant. Sa mère va mal. Elle porte des accusations délirantes. Il a dû la faire interner. Et Daniel, qui imaginait ses parents profiter de leur retraite dans une charmante ferme suédoise, voit son monde basculer.

Puis un appel de sa mère. Non, elle n’est pas folle. Son père lui ment. Il a voulu la faire enfermer, mais les médecins l’ont laissée sortir. Elle a les preuves de ce qu’elle avance.

Il doit la croire, elle.

Deux histoires. Deux vérités. Qui croire ? Jusqu’où Daniel sera-t-il prêt à aller pour lever le voile ? Au risque de découvrir des secrets plus terribles encore...

 

Tom Rob SMITH "La ferme" Edition Pocket, 378p, 7.30€

Tom Rob SMITH "La ferme" Edition Pocket, 378p, 7.30€

6/10

Un roman qui nous fait nous interroger sur la famille: connaissons nous vraiment nos proches? Toute la première partie du roman nous maintient alerte car le lecteur souhaite connaitre toutes les versions pour se faire sa propre idée.

Le personnage principal va être tiraillé entre son père et sa mère et va devoir se faire sa propre opinion à l'écoute du récit de cette dernière..

J'ai trouvé la révélation du passé de sa mère un peu énorme mais le tout est assez bien tourné pour un final cohérent.

Un petit thriller qui se lit rapidement et qui change de l'ordinaire.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:53

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s'implante comme un virus dans cette ville laissée à l'abandon, qui n'attend qu'un gramme de poudre pour exploser. Une ville ou chacun a dû s'adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d'inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l'État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.
La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer...

Olivier NOREK "Territoires" Editions Pocket, 375p, 7.30€

Olivier NOREK "Territoires" Editions Pocket, 375p, 7.30€

7.5/10

Descente dans l'univers des trafiquants de drogue dans le 93. Le capitaine Coste du SRPJ 93  est face a une enquête délicate où il va devoir faire preuve de doigté. En effet, il va devoir jongler entre les subtilités entre services policiers compétents et la mairie de Malceny.

Une guerre sans pitié pour le pouvoir dans la cité va faire rage à Malceny, et le lecteur découvre que le plus grand méchant n'est pas celui que l'on pourrait croire.

Trafic de drogue, manipulation, corruption, pouvoir...on ne s'ennuie pas dans ce roman, très bien construit et à l'ecriture fluide.

L'auteur nous offre donc une enquête finement élaborée, très prenante.

Un agréable moment de lecture

 

La chroniqueuse Lili avait apprécié le premier roman de l'auteur "Code 93" aussi chez Pocket, vous pouvez la retrouver ici ---> http://polars.etc.over-blog.com/2015/01/olivier-norek-code-93.html

Olivier Norek semble donc être un auteur à suivre.

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:33

« Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu'ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n'en est qu'à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l'horreur...

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

6/10

Londres fait face à une série de crimes similaires : un rituel religieux et des cadavres dépourvus de leurs organes. Le problème? Tous les auteurs ont été arrêtés et sont des proches des victimes. Despérés d'avoir commis un tel crime, ils ne comprennent pas leurs actes.

Un flic de Scotland Yard doit faire équipe avec une criminologue américaine pour retrouver le personnage qui a pu concevoir un tel scénario. Voilà qui était prometteur.

Les personnages ont du corps même s'ils sont classiques à l'exception de Nils, ancien avocat, récemment greffé du coeur.

L'idée pricipale était bonne mais l'auteur à manquer d'intensité et de profondeur. Quelques raccourcis et un petit manque de réalisme sont aussi à déplorer.

Un bon divertissement malgré tout

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:12

À Helsinki, la pluie est si violente que la plupart des habitants ont fui la ville.

Tapani Lethinen, lui, est resté : il attend sa femme, Joanna, journaliste d’investigation. Partie enquêter sur une affaire dont elle n’a rien voulu dire, elle n’est toujours pas rentrée.

En fouillant dans son ordinateur, il découvre que sa disparition pourrait avoir un lien avec « le Guérisseur », un serial killer qui sévit en ville, et qu’il ne s’agissait peut-être pas pour Joanna d’une simple enquête...

Tandis que la pluie ne cesse de tomber, Tapani va devoir plonger dans l’intimité de celle qu’il aime, quitte à déterrer quelques secrets de son passé.

Antti TUOMAINEN " La dernière pluie", Editions Pocket, 256p, 5.80€

Antti TUOMAINEN " La dernière pluie", Editions Pocket, 256p, 5.80€

5.5/10

Dans un monde ravagé par le changement climatique,Tapani Lethinen et sa femme ont choisi de rester à Helsinki malgré la fuite des habitants vers le nord, l'arrivée de migrants, et la pluie qui ne cesse pas.

Alors que sa femme, journaliste qui traque un tueur en série, disparait subitement, Tapani se met à sa recherche. Prêt à tout pour retrouver son grand amour, il va mettre sa vie en danger.

Il va devoir fouiller dans les recherches de Joanna mais aussi dans son passé.

L'idée était intéressante mais je suis restée sur ma faim. L'ambiance construite était plutot originale et réussie, mais j'ai fini par me lasser du style utilisé par l'auteur alors que le roman ne fait que 250 pages. Les déambulations de Tapani dans les rues imprononçables d'Helsinki m'ont parues longues et sans grand réalisme.

Les retours dans ses souvenirs avec Johanna n'apportent rien mise à part montrer leur attachement réciproque et leur vision de la vie.

Alors qu'il avait instauré un scénario intéressant, la fin de l'enquête tombe dans le classique, le prévisible et le soufflé retombe.

Dommage.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 09:52

La nuit des coquelicots démarre sur les chapeaux de roue... Après une grosse fête, trois amies rentrent en voiture. Un moment de distraction, et elles renversent une petite fille qui traversait la route, un bouquet de coquelicots à la main. Panique à bord ! La vie de ces trois femmes va basculer. Heureusement, entre deux mailles de tricot, Léon va dénouer les fils de cette diabolique histoire de vengeance...

Nadine MONFILS "La nuit des coquelicots - Les enquêtes du commissaire Léon Tome 2" Editions Pocket, 220p

Nadine MONFILS "La nuit des coquelicots - Les enquêtes du commissaire Léon Tome 2" Editions Pocket, 220p

6/10

Suite de "Madame Edouard", on retrouve les personnages du premier tome des enquêtes du commisaire Léon avec un certain plaisir. Même si policièrement parlant, on est a côté de la plaque, il faut reconnaitre à Nadine Monfils qu'elle sait mettre un peu de fraîcheur dans son intrigue avec ses individus loufouques qui peuplent Montmartre. Et que l''enquête en elle même est intéressante et le dénouement plutot bien conduit.

Cependant, même si elles collent à l'état d'esprit des personnges, j'ai trouvé qu'il y avait trop de scènes entre guillemets érotiques.

Un petit roman à lire pour sourire un peu.

 

Exemplaire reçu par service de presse

Repost 0