Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 18:18

Date et lieu de naissance: 12 avril 1869 à Paris, XIXème arrondissement.

 

Famille: Henri Désiré Landru est le fils cadet de Julien Landru, chauffeur, et de Flore Henriquel, couturière à domicile. Le couple avait déjà une fille, Florentine Marguerite Landru née en 1854.

Il fréquente l'école des Frères à Paris, et officie comme sous-diacre à l'église Saint-Louis-en-l'Île. Il y rencontre Marie-Catherine Rémy, qu'il épouse le 7 octobre 1893 après son service militaire, accompli au 87ème régiment d'infanterie de Saint-Quentin. Le couple aura quatre enfants 

 

 

landru.jpg

 

Sa vie:

De 1893 à 1900, il pratique une dizaine de métiers (comptable, entrepreneur de travaux, cartographe…) puis fonde une prétendue fabrique de bicyclettes à pétrole avec laquelle il commet sa première escroquerie : il organise une campagne de publicité nationale, spécifiant que toute commande doit être accompagnée d'un mandat représentant un tiers du prix. Les commandes affluent alors, et il disparaît avec l'argent sans jamais livrer les bicyclettes.

Allant d'escroquerie en escroquerie, dissimulé sous de faux noms, il collectionne les condamnations à des peines d'amende et de prison (deux ans en 1904, treize mois en 1906) mais parvient à sortir de détention grâce aux expertises de médecins psychiatriques qui le déclarent dans « un état mental maladif qui, sans être de la folie, n'est plus du moins l'état normal ».

En 1909, il est condamné à trois ans de prison ferme pour escroquerie : à la suite d'une annonce matrimoniale, il avait fêté ses fiançailles avec une certaine Jeanne Izoret, puis s'était fait remettre les titres de celle-ci avant de disparaître.

Dès sa sortie de prison, il monte une nouvelle escroquerie, une carambouille : il achète un garage, qu'il revend immédiatement après sans avoir payé le précédent propriétaire. La justice l'identifie assez vite comme étant l'auteur de ce délit, et il prend la fuite. En 1914, il est condamné a 4 ans de prison et 1000 francs d'amende. Pire,il pèse sur lui une menace de relégation en cas de récidive: le bagne en guyane. Landru préfère donc ne pas se présenter à la convocation du tribunal.  Il est dès lors possible, mais ce n'est là qu'une conjecture, que cette condamnation ait joué un rôle dans sa transformation en assassin : il ne pouvait tout simplement plus se permettre d'être reconnu par l'une de ses victimes.

 

Modus opéranti:

 

La guerre a envoyé des milllions d'hommes au front. Elle a laissé presque autant de femmes seules ou veuves. Landru a alors imaginé un plan diabolique pour s'enrichir a bon compte. Peu avant le début du conflit, il a séduit Jeanne Cuchet, une veuve de 39 ans a ui il a fait miroiter une promesse de mariage. Se faisant passer pour un certain Raymond Diard, il l'a convaincue de venir habiter avec son fils de 17 ans chez lui dans une maison qu'il a louée a La chaussée, dans l'oise. Jeanne Cuchet lui a confié ses economie soit 5000F qu'il s'est empressé de mettre en lieu sur avant de disparaitre. Or la veuve spolié parvient a le retrouver, Landru se fait pardonner, JEanne Cuchet cède au charme de ce dernier et accepte de revenir habiter avec lui. LAndru réalise que la femme en sait dorénavant trop. Madame Cuchet et son fils disparaitront début 1915 sans qu'on sache jamais ce qu'ils sont devenus. Le petit escroc est devenu un assassin.

Séduire les femme n'est pas très compliqué quand les hommes sont au front. Son mode opératoire sera a chaque fois le même: les petites annonces matrimoniales. Il y selectionne ses victimes, des femmes seules, disposant de suffisament de fortune pour l'intéresser. A chacune il promet le mariage, les invite dans sa villa de Vernouiller puis bientot de Gambais payant les billets de train (un aller retour pour lui et un aller simple pour sa victime) où il les assassine avant de faire disparaitre les corps. A plusieurs adresses parisiennes, il loue des logements où il stocke les biens de ses victimes.

La police a été alertée d'une étrange affaire: des familles se sont inquiétées chacune de la disparition de l'une de leur proches, Anne Colomb et Céleste Buisson qui toutes deux s'apprétaient a se marier avant que l'on entende plus parler d'elle. Seul indice sur leur "fiancé", il disait habiter a Gambais et se faisait appeler monsieur Dupont ou Mr Freymet. On retrouve facilement la maison de Gambais mais vide et sans indice apparent.

 

 

Nombre de victimes: 11 ( 10 femmes, et un jeune garçon)

 

 

 

victimes.jpg

 

Arrestation: Le 12 avril 1919, l'inspecteur Belin et son collègue de la 1ere Brigade mobile frappent a la porte d'un appartement au 3eme étage du 76 rue Rochechouart. Landru leur ouvre la porte, c'est lui que les policiers viennent arrêter. Il y a avec lui une jeune femme, sa maîtresse, Fernande Segret que l'on relache après avoir vérifié son identité.

Le commissaire Dautel interroge longuement Landru au sujet des disparitions de Anne Colomb et Céleste Buisson. Landru clame son innonce. Mais un objet anodin va perdre LAndru et révéler sa vraie nature, un cahier noir dans lequel il a méticuleusement tout noté avec le zèle pointilleux d'un commis aux écritures. Ses rendez vous, ses déplacements, le moindres de ses frais, tout est enregistré avec un soin maniaque. Là où il a entreposé les biens de ses victimes, on trouve d'autres cahiers. La police reconstituent les faits, 10 femmes et un jeune garçon ont disparu après avoir croisé Landru.  

Notons que aucuns des cadavres  n'a été retrouvé par les policiers. Il semble que Landru s'en soit débarrassé de la manière la plus sordide en les découpant pour ensuite les brûler dans sa cuisinière.

 

 

proceslandru.jpg

 

Le procès s'ouvre le 07 novembre 1921 à Versailles. Des experts viendront observé et étudié l'accusé et tous seront d'accord: Landru est un homme banalement normal et ne présente aucun des caractères psychiatriques du monstre.

Landru n'avouera jamais aucuns des crimes qui lui sont imputés. Il est condamné a la peine capitale.

 

Mort: le 25 Février 1922, il est décapité devant la prison de Versailles.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires