Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 10:55

Paris, avril 2010. Sous un ciel anthracite, un tueur hors-normes ensanglante les rues de la capitale et sème la terreur sur la ville. Un prédateur unique dans la sphère des tueurs en série qui décime la jeunesse parisienne, des jeunes filles empalées à la lame, droguées et torturées, qui se ressemblent comme des sœurs. Cannibale et sadique, " Le Ramoneur " défie les autorités, les médias et le pays tout entier en proie à la panique.
Sur sa piste, Cécile Sanchez, flic " mentaliste " et directrice de L'Office central pour la répression des violences aux personnes constitue une unité d'assaut connectée en temps réel au plus excentrique médecin légiste du pays. Pendant que les enquêteurs retardent au maximum la fièvre médiatique, le tueur va accélérer la cadence et modifier son mode opératoire jusqu'à atteindre un niveau de barbarie insoutenable.
Alors que la chasse à l'homme commence, Cécile Sanchez est loin d'imaginer la surprise que lui réserve " Le Ramoneur ". Thriller d'une noirceur radicale captivant de bout en bout, Le Baptême des Ténèbres entraîne le lecteur au coeur de la folie criminelle du tueur en série le plus machiavélique depuis Seven.

Ghislain GILBERTI "Le baptême des ténèbres", La mécanique générale, 552p, 9.90€

Ghislain GILBERTI "Le baptême des ténèbres", La mécanique générale, 552p, 9.90€

4/10

L'idée de départ, mettant en scène un tueur en série particulièrement sadique, était forcément séduisante et pleine de promesses. En plus, l'auteur semblait s'être assez renseigné sur les méthodes policières et la coordination des divers services de police ce qui est un point toujours bien accueilli sur Polars.etc!

Oublions le parti pris du personnage de Cécile Sanchez, commissaire "Mentaliste" qui se sert de méthodes à l'américaine non utilisée en France. Cette particularité aurait pu être intéressante, mais je n'ai pas aimé, cette approche de retranscrire les pensées de la commissaire pour un oui ou pour un non.

Le criminel recherché par Cécile Sanchez est impitoyable. Ses victimes sont énuclées, mutilées, violées à la baïonnette puis empalées sur un pal. Crescendo dans l'horreur à la limite du soutenable et du réel. Passons sur le surnom de mauvais gout donné au tueur: "Le ramoneur" ...quelle subtilité...

Plus les pages défilent, plus l'auteur tombe dans la surenchère. On découvre donc de nouvelles facettes du tueur. Le profil réalisé par Cécile s'étoffe. Ainsi le cerveau du psychopathe devient une projection du réseau souterrain d'ile de France. Si c'est pas tiré par les cheveux...c'est pour moi sacrément pousser le bouchon, la psychologie a ses limites!

La traque s'éternise pour faire durer le suspense: meurtres de femmes mais aussi de policiers, coups de rasoirs, incendie, pièges, chiens dangereux, cannibalisme (mais oui mais oui), enlèvements, séquestrations, explosifs, sous fond de psychopathe camé jusqu'à la moelle en mode sur-humain que rien n'arrête. On se demande où l'auteur va s'arrêter. J'ai fini par me lasser de ces pseudos rebondissements.

Une erreur aussi grotesque qu'agaçante s'est aussi logée dans ce roman. J'ai du reprendre ma lecture en amont pour relire un passage car j'étais alors perdue dans ma lecture! Ainsi l'auteur met en scène le Major Gaétan, égorgé page 153, alors que son jeune collègue Brissard était en train de passer des fichiers au véhicule de police et que ce dernier à son retour sera tué de plusieurs balles dans le torse. Puis page 203, le jeune policier devient l'égorgé et le major tué par balles...si même l'auteur ne sait plus qui est qui dans ses personnages et comment ils les fait passer de vie à trépas, on a un problème!

Pour résumer, voici encore un roman conçu comme un film américain...Déception donc pour moi qui attend un juste dosage entre réalisme et noirceur.

Pas un roman à retenir.

Exemplaire reçu par service de presse

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires