Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Polars.etc.
  • Polars.etc.
  • : Blog pour les amateurs de polars et thrillers...ainsi que pour ceux qui veulent découvrir la criminologie...
  • Contact

Boss

  • Polars Etc
  • http://polars.etc.over-blog.com/
  • http://polars.etc.over-blog.com/
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:33

« Puissent ces sacrifices apaiser l'âme de Celui dont le nom n'est plus. »
Pour la deuxième fois en deux jours, ce message énigmatique signe une scène de crime londonienne. Rien ne relie les victimes – pas même leurs assassins, qui ne se connaissaient pas, et qui ont chacun, lors de leur arrestation, avoué avoir tué la personne qu'ils aimaient le plus au monde. Pourtant les faits sont là : le rituel religieux, le message, le cadavre vidé de ses organes – ces meurtres sont commis selon le même mode opératoire.
Le commissaire McKenna, vieux routier de Scotland Yard, et le docteur Dahlia Rhymes, criminologue américaine, pressentent que la série n'en est qu'à ses débuts.
À moins de mettre, au plus vite, un nom sur l'horreur...

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

René MANZOR "Celui dont le nom n'est plus" Editions Pocket, 448p, 7.30€

6/10

Londres fait face à une série de crimes similaires : un rituel religieux et des cadavres dépourvus de leurs organes. Le problème? Tous les auteurs ont été arrêtés et sont des proches des victimes. Despérés d'avoir commis un tel crime, ils ne comprennent pas leurs actes.

Un flic de Scotland Yard doit faire équipe avec une criminologue américaine pour retrouver le personnage qui a pu concevoir un tel scénario. Voilà qui était prometteur.

Les personnages ont du corps même s'ils sont classiques à l'exception de Nils, ancien avocat, récemment greffé du coeur.

L'idée pricipale était bonne mais l'auteur à manquer d'intensité et de profondeur. Quelques raccourcis et un petit manque de réalisme sont aussi à déplorer.

Un bon divertissement malgré tout

 

Exemplaire reçu par service de presse

Partager cet article

Repost 0

commentaires